Librairie Papyrus

"A travers les feuilles d'un bon livre, on pourra entendre un écho qui ressemble au bruit des forêts." Henry David Thoreau

linteretdelenfant mcewanUn roman étourdissant qui suit au plus près les pensées de Fiona Maye, juge respectée aux affaires familiales. L'intérêt de l'enfant est une notion qu'elle maîtrise parfaitement, délicatement, sereinement,

Face au cas d'Adam, dont la leucémie nécessite une transfusion interdite par la religion de ses parents, témoins de Jéhovah, elle va, bien sûr, faire son métier au mieux mais est-ce que ce sera suffisant, dans l'intérêt de l'enfant ?

Véronique G.

Octobre 2015 - également disponible en format numérique.

une foret darbres creuxNous sommes en république Tchèque, en 1941, où on assiste à la déportation de nombreuses familles vers le ghetto de Terezin. A travers une langue d'une grande richesse, l'auteur nous offre une ambiance, une atmosphère, des visages, des gestes et nous entraîne au cœur du ghetto. On partage la vie d'une homme pendant environ deux ans, une vie de pauvreté, de misère, de tristesse mais où des rayons de soleil, des gestes de solidarité, de complicité parviennent à percer la noirceur quotidienne. Un texte court, vif et poétique qui happe le lecteur.

Catherine

Septembre 2015 - disponible également en format numérique.

une antigone-a kandaharPlusieurs voix se succèdent dans ce roman. La première est féminine, c'est la voix de Nizam, jeune fille pachtoune, lourdement blessée, qui vient enterrer son frère mort au combat. Mais le corps du jeune homme semble intéresser les Américains et le gouvernement de Kaboul qui espère l'utiliser pour prouver qu'un haut dignitaire taliban a été éliminé. Nizam tente d'expliquer qu'il n'était en rien taliban mais ses propos semblent se perdre dans le vent de la plaine afghane. Viennent ensuite les voix des soldats américains présents dans la base et qui ont subi de lourdes pertes suite à l'attaque menée par le frère de Nizam et ses compagnons. Dans cette base enfin, la voix de l’interprète afghan, rempli d'admiration et d'espoir face à ces Américains qui viennent "sauver" son pays.

A travers ces différents personnages, on palpe la tension des combats, la fatigue extrême des uns et des autres, on tente de comprendre mais on est surtout confronté à l'horreur et à l'absurdité de la guerre. A travers des références historiques connues (l'histoire d'Antigone et la mythologie grecque), l'auteur interroge le présent, les sensibilités humaines, les valeurs et les conflits intérieurs des soldats plongés dans des situations vides de sens. Un roman qui fait froid dans le dos car il nous plonge dans une situation ô combien actuelle. 

Catherine

Septembre 2015 - existe aussi en format numérique.

 

limposteurL'imposteur, c'est un formidable roman sans fiction, une enquête à la fois personnelle, politique et littéraire menée de main de maître par Javier Cercas.

En 2005, Enric Marco devient pour bon nombre d'Espagnols un personnage infréquentable. Celui-ci s'est en effet fait passer pendant des dizaines d'années pour un ancien déporté des camps nazis. Il a donné des centaines de conférences sur le sujet, notamment dans les écoles. Il a présidé une amicale d'anciens déportés. Il s'est battu pour la mémoire mais en 2005, un historien dévoile le pot aux roses et révèle que Marco n'a jamais été déporté. Ce dernier avouera d'ailleurs sa faute. Depuis ce moment, Javier Cercas est obnubilé par la figure de Marco qui a également prétendu s'être engagé dans diverses luttes politiques de gauche. Quel est le vrai du faux dans le vie de cet homme ? Pourquoi a-t-il menti tel Don Quichotte qui s'inventait des aventures incroyables ? Et l'écrivain, jusqu'à quel point est-il lui aussi un imposteur quand il raconte des histoires ? Et si finalement nous n'avions pas tous besoin pour survivre de nous inventer un destin, d'écrire le récit de sa vie ?

Avec L'imposteur, Cercas nous entraîne dans une passionnante réflexion sur la littérature et l'homme mais il nous amène aussi à (re)découvrir l'histoire politique de l'Espagne. Voici un livre plein d'interrogations terriblement stimulant.

Catherine

Paru en août 2015, traduit de l'espagnol par Elisabeth Beyer et Aleksandar Grujicic - existe aussi en format numérique.

lesbeauxetes zidrou lafebreAoût 1973, la famille Faldérault s'apprête à partir en vacances dans sa 4L rouge. Mais s'est sans compter le retard de Pierre, paternel de la famille, et dessinateur de bandes dessinées qui doit terminer d'arrache-pied le dessin des planches qu'il a promises à son éditeur. Quand la famille embarque enfin, on relâche enfin la pression et on démarre en trombe dans la joie et la bonne humeur... Cap au Sud, comme chaque année, pour un "bel été" !

Dans ce Road moovie touchant, où défilent les paysages depuis la grise Belgique jusqu'à l'ensoleillée Ardèche, Zidrou et Lafebre nous livrent un portrait sensible de cette famille qui sous le vernis joyeux, cache quelques blessures, quelques égratignures. La tante Lili est très malade, les enfants se disputent, mais surtout, le couple bat de l'aile et sait que ce seront les dernières vacances en famille, sans avoir osé l'avouer aux enfants... Mais sous le soleil du Sud, bien des choses peuvent changer, et la vie semble plus belle, surtout quand on décide de se recentrer sur l'essentiel.

Un album servi par le dessin tout en finesse de Jordi Lafebre et les chatoyantes couleurs qui sentent bon l'été. Une histoire qui a beaucoup de charme et qui vous fera furieusement penser à ces beaux étés de votre enfance.

Delphine

Septembre 2015 - existe aussi en format numérique.

lepianoriental abirabirachedZeina Abirached est incontestablement douée pour faire vibrer le noir et blanc, le faire vivre sous nos yeux. Elle nous le prouve dans ce roman graphique très réussi et virtuose, où elle nous livre un portrait tout en nuances de son histoire familiale. Un album passionnant qui nous balade entre le Paris contemporain où le lecteur la découvre en jeune artiste Libanaise exilée et le Beyrouth des années 60 de son arrière-grand-père, Abdallah Kamanja, musicien ingénieux et inventeur d'un étonnant piano oriental qui a la particularité de jouer les quarts de tons propres à la musique d'Orient.

Comme l'avait fait l'Iranienne Marjane Satrapi avant elle, dans un Persepolis qui semble avoir inspiré la jeune Libanaise, Zeina Abirached porte un regard tendre et détaché sur l'histoire de sa famille, et sur le Liban d'avant la guerre. On plonge dans l'ambiance de la ville, dans son charme désuet, rétro, on s'amuse de la manière dont l'auteure dessine Beyrouth et se joue des sons et des onomatopées, comme une musicienne.

Son dessin est très graphique, presque géométrique, vraiment ingénieux, absolument unique. Et si ses noirs sont profonds et ses blancs éclatants, c'est pourtant un album tout en nuances et en quarts de tons qu'elle nous laisse découvrir. Car Zeina Abirached est bien une femme à moitié Libanaise, à moitié Française, à moitié francophone, à moitié arabophone, se sentant toujours à la frontière entre la culture d'Occident et d'Orient. Et ce sont ces interrogations sur son identité mixte qu'elle nous livre aussi dans ce roman graphique. 

Un album vraiment étonnant à découvrir.

Delphine

Septembre 2015 - existe aussi en format numérique.

les echouesVoici un magnifique premier roman, d'une force et d'une douceur incroyables, qui nous entraîne au cœur de l'humain.

Virgil, Chancal, Assan, Iman fuient la guerre, la violence, la misère... Tantôt brutalement, parfois délicatement, on découvre leurs histoires sous la plume de Pascal Manoukian, ça retourne les tripes, ça secoue, ça perturbe nos univers douillets.

Au fil du livre, le quotidien dur et cruel des réfugiés et migrants en Europe est décrit. Une terrible scène nous amène sur un parking, à la fine pointe de l'aube, dans la banlieue parisienne. Les camionnettes passent chercher la main d’œuvre nécessaire pour la journée, on négocie (ou pas) les prix, les tâches, les conditions de travail. Si on est seul, non intégré dans une communauté, un réseau, c'est l'exploitation assurée...

Ce premier roman nous a particulièrement touchées. Le texte bien construit nous entraîne au cœur des vies de chacun de personnages. L'auteur dépeint une réalité amère et âpre mais il nous montre aussi que des petits gestes, des rencontres, peuvent changer la destinée. Une texte à découvrir sans hésiter, tant pour son contenu (malheureusement terriblement actuel) que pour la plume de l'auteur qui tient son lecteur en haleine tout au long du roman. 

Catherine

Août 2015 - existe aussi en format numérique.

 

lacartedesmendelssohn meurIntriguée depuis longtemps par la famille Mendelssohn, par Moses Mendelssohn, le penseur humaniste du XVIIIe siècle épris de libertés et par Félix Mendelssohn, le grand compositeur romantique, Diane Meur s'est finalement lancée dans l'aventure et attaquée à un travail de longue haleine, celui de dresser le portrait de cette immense famille, et d'en dessiner avec précision la "carte généalogique". L'ouvrage tient ses promesses en nous livrant une peinture historique foisonnante et pointilleuse de la grande communauté des Mendelssohn, depuis l'époque de Moses jusqu'à nos jours. Mais c'est finalement davantage le témoignage de l'auteure, Diane Meur elle-même, qui s'y met en scène et qui s'y livre, qui touchera le lecteur. L'écrivain s'y raconte comme souvent dépassée par l'ampleur de son sujet, parfois perdue dans cet arbre généalogique tentaculaire, mais toujours passionnée par ses recherches... et le roman devient celui de son enquête, entre Paris et Berlin. 

La carte des Mendelssohn est un ouvrage érudit pour les amateurs d'histoire qui y verront comment de multiples influences peuvent métisser l'histoire d'une famille à travers les siècles. C'est surtout un récit touchant sur le travail de création où l'auteure se livre avec beaucoup de sincérité et une salutaire dose d'humour.

Delphine

Août 2015

dapresunehistoirevraie deviganDelphine de Vigan qu'on ne présente plus, (chacun se souvient des Heures souterraines et Rien ne s'oppose à la nuit), nous livre un roman d'une habileté diabolique, qui nous tient en haleine de la première à la dernière ligne.

Elle soumet en même temps à la réflexion du lecteur des questions majeures : le rapport entre le réel et la littérature, de même que celui qui unit (voire oppose) la réalité et la vérité.

"Ce pourrait être un projet littéraire, écrire un livre entier qui se donnerait à lire comme une histoire vraie, un livre soi-disant inspiré de faits réels mais dont tout, ou presque, serait inventé".

Véronique B.

Août 2015

lynchneigenoireLe retour d'une famille, père, mère, fils, de l'exil américain, sur la terre natale d'Irlande. Leurs espoirs, vivre de leur ferme, s'intégrer à la communauté de ce coin du Donegal, vont se heurter aux coups du sort et les angoisses de chacun vont se réveiller. Des personnages très attachants. Une très belle écriture.

Véronique G.

Août 2015

bourbonparmesecretempereurL'empereur Charles Quint renonce à tous ses titres: il abdique. Le roman nous dépeint les mois durant lesquels il se défait du pouvoir et transmet à d'autres, non sans un certain soulagement, les responsabilités qui ont fait de lui l'homme le plus puissant du monde. Il va ensuite se retirer dans le monastère de Yuste, isolé dans la montagne.

Dans ce climat de dépouillement progressif où il assiste aux échecs de son fils et où le pouvoir semble peiner à se détacher de lui, il garde cependant l'esprit en éveil dans un domaine qui l'a toujours passionné: les horloges et leurs mécanismes. Une horloge astronomique en particulier va maintenir sa curiosité en alerte car il ne comprend pas son fonctionnement, différent des autres. Et notre curiosité à nous restera en alerte aussi jusqu'au terme du roman, où le mystère de l'horloge se dévoile.

Amélie de Bourbon Parme imagine mois après mois l'état d'esprit de l'empereur, puis de l'ex-empereur qui, souffrant et las mais aussi parfois impatient et tortueux, porte un regard désabusé sur son entourage et aspire à la retraite, au calme et à préparer sa mort, le tout portant un éclairage particulier sur son règne.

Outre son intérêt historique, Le secret de l'empereur est un superbe portrait d'homme, portrait politique, humain et philosophique, qui capte et retient notre attention tout le long du récit par ailleurs très bien construit.

Natacha

Août 2015

costadanielavneradisparuUn livre âpre et fort où l'on rencontre un homme, Daniel Avner, hanté par la disparition de sa famille dans un camp. Dès la fin de la guerre, son grand-père, lui aussi rendu fou par la perte des siens, lui imprime sa propre souffrance.

C'est l'histoire d'une impossibilité à habiter son corps, d'une culpabilité qui vide le corps de son existence, et de la rencontre qui redonnera à Daniel un peu de sa chair, non sans remous. C'est l'histoire de l'Histoire qui plie et tord les individus, les marque à vie et les rend fous. L'écriture de ce premier roman mérite d'être saluée pour sa justesse et sa qualité. C'est un roman dont on sort marqué, changé, éclairé sur l'humain, après être passé par toutes les couleurs de l'arc-en-ciel, car Elena Costa excelle à nous faire vivre presque physiquement les états de son personnage, et c'est assez terrible.

Natacha

Rentrée littéraire - août 2015

lasource garatComment raconter la vie, le sens de la vie, le sens d'une vie ? Par les histoires, par tout ce que nous aimons, l'intime du récit, l'équilibre inespéré entre celui qui dit et celui qui écoute, tous ces liens... Rien ne semble grave et pourtant, le destin peut basculer sur quelques mots. Lisez « La Source », une très belle histoire. Lisez la source une très belle histoire de secrets partagés entre Lottie, 90 ans, et la narratrice, jeune sociologue qui n'est certainement pas venue par hasard dans ce hameau proche de Langres...

Véronique

Août 2015

ah ca ira lachaudNous sommes en 2037, Antoine sort de prison après 20 ans de détention et foule à nouveau les trottoirs de Paris. Ancien révolutionnaire criminel, il va redécouvrir le monde tel qu’il est devenu : pas si différent de celui que nous connaissons aujourd’hui, un peu plus technologique, un peu plus violent surtout. Après 20 ans d’isolement, il va aussi  apprendre à renouer des relations humaines : avec des voisins de la cité Molière, avec ses nouveaux collègues, avec sa fille, qui semble elle aussi portée par sa volonté de changer le monde, radicalement. Mais de manière plus pacifiste que son père à l’époque…

Dans ce récit d’anticipation habilement mené, Denis Lachaud nous interpelle sur notre société, et ses possibles dérives futures. Inspiré de l’actualité brûlante du moment, l’affaiblissement de l’Europe, l’endettement de la Grèce ou de l’Espagne, l’augmentation de l’immigration et le manque criant de place pour les migrants, les mouvements révolutionnaires populaires qui se soulèvent un peu partout, ce futur qu’il nous décrit nous paraît crédible, et nous fait sans doute un peu peur par sa radicalisation. Mais Denis Lachaud trouve un ton juste et sincère qui n’est ni moralisateur, ni culpabilisant, mais plutôt volontairement utopiste, fantaisiste, parfois drôle, un ton percutant qui fait mouche.

Un roman qui donne à penser, sans se prendre trop la tête. Qui donne à rêver surtout à un autre monde. Et rien que pour ça, sa lecture en vaut le détour.

Delphine

Août 2015

petit-piment mabanckouDans un Congo chahuté où la rivalité entre les ethnies et les jeux de pouvoir font la loi, Moïse, dit Petit Piment, appelé ainsi suite à un acte de bravoure, est un gamin qui, à 13 ans, n'a jamais connu que l'orphelinat de Pointe-Noire. Bien décidé à vivre sa vie, laissant derrière lui son meilleur ami, il décide de fuir et côtoie une jeunesse borderline. Jusqu'au jour de sa rencontre avec Mama Fiat 500 qui tient une maison de passe et le prend sous son aile. Ce seront des années heureuses pour Petit Piment... mais une décision municipale mettra à néant tous ses rêves de futur.

Emouvant, parfois drôle, Petit Piment symbolise la jeunesse africaine orpheline prête à tout (et à tous les sacrifices) pour exister.

Véronique B.

Août 2015

 

delivrances morrisonDans son onzième roman, Toni Morrison nous fait entendre les voix d'hommes et de femmes aux relations dictées par leurs traumatismes, mensonges ou vérités cachées, mais aussi par une forme de racisme qui dénature les rapports familiaux.

Lu Ann, dite Bride, naît tellement noire que sa mère répugne à la toucher. Pour s'attirer l'amour de sa mère, la petite va jusqu'à faire un faux témoignage qui mettra une institutrice en prison. Une fois adulte, sa volonté de se racheter ne la quittera plus. L'ancien compagnon de Lu Ann, Booker, ancien étudiant solitaire et trompettiste à ses heures, conserve en lui le spectre d'Adam, le frère aîné, tué par un pédophile pervers.

Ce n'est que libérés des mensonges, du poids du souvenir et de l'humiliation, qu'ils pourront envisager un nouvel avenir commun.

Toni Morrison, grande dame de la littérature américaine, décrit le monde d'aujourd'hui sans aucune concession, dans un style limpide, avec une touche d'humour.

Véronique B.

Août 2015

preponderants kaddour... "Ma voix elle vaut rien devant celle du colon - C'est parce que les Français ils disent qu'ils ont la prépondérance - C'est quoi, la prépondérance ? - C'est quand tu prépondères - Qu'est-ce que ça veut dire ? - C'est quand tu as les mitrailleuses et les Sénégalais -  Les Français, ils disent que tu es prépondérant quand tu es plus civilisé - Plus civilisé ?..."

Voici un roman à rebondissements, conté d'un rythme soutenu et sur un ton moqueur.

Nous sommes à Nahbès, ville imaginaire, entre 1922 et 1924, une ville coupée en deux par un lit d'oued, très raviné... la rive gauche, la rive droite, la ville indigène, la ville européenne. Quand des Américains débarquent afin d'y tourner un film, "Le guerrier des sables", la petite ville est en émoi. Bruyants, d'allure frivole, surtout les femmes dont "les robes laissaient voir beaucoup de chair" et "qui s'installaient sans hommes à la terrasse des cafés", ils perturbent le monde policé des prépondérants, d'autant plus que les Américains "copains avec tout le monde, un officier à particule ou l'épicier Ben Machin, c'était quand même insultant... il y en avait même qui s'étaient mis à apprendre l'arabe... et les bicots, ils s'y croyaient déjà ". Mais la petite communauté américaine est aussi perturbée par une affaire qui défraie la chronique, là-bas, chez eux, dans le monde du cinéma, une histoire de viol suivie d'un décès.

Dans tout ce méli-mélo, on s'attache à Raouf, le fils du caïd Si Ahmed, bachelier doué qui a fréquenté le lycée français. Raouf rêve de liberté, de justice et d'indépendance. Raouf et Ganthier, un riche colon, effectueront "le grand voyage" qui les mènera de Paris à l'Allemagne. Belkhodja, commerçant prétentieux, aux rêves de grandeur, finira acculé par des dettes qui fera dire à un prêteur : "Quand la fête est finie, il ne reste que du linge sale".

On croisera la route d'un trio de femmes aux caractères bien trempés : Kathryn, une actrice américaine, Gabrielle Conti, une journaliste française et Rania, jeune veuve, intellectuelle, "sculpturale, des yeux en amande" qui a le goût des livres, lisant l'arabe et le français.

On pourrait dire encore beaucoup de choses sur cet excellent livre... notamment qu'on ne s'y ennuie pas une seconde.

Véronique B.

Août 2015

 

dailleurslespoissons stefanssonAri est le personnage principal du roman, dont la vie nous est racontée par son meilleur ami d'enfance. Ari revient à Keflavik, une terre âpre, en Islande, de 10 000 âmes, d'où il est parti depuis deux ans, fuyant une rupture amoureuse et bien des souvenirs, et toujours la douleur de la perte de sa mère, décédée alors qu'il était tout jeune. "On peine à respirer dans les petites sociétés, le manque d'air est suffocant, je m'en vais avant d'étouffer" écrit-il à son ami et confident de toujours.

Dans cette chronique familiale, Jon Kalman Stefansson construit son récit en trois temps : l'histoire d'Oddur, le grand-père, pêcheur renommé qu'Ari n'a pas vraiment connu mais dont il a si souvent entendu parler et de sa grand-mère Margret, Ari, jeune garçon et son père Jakob, avec lequel les mots sont si difficiles à partager, et Ari, de retour aujourd'hui, à la recherche de ses souvenirs sur la terre aride de Keflavik. Jon Kalman Stefansson alterne les époques avec virtuosité.

Poète, avec une tendresse pour ses personnages et son pays natal qu'est l'Islande, Stefansson émeut, nous parle de la vie, de la mort, de nos erreurs... avec intelligence, 

Assurément un beau et grand livre.

Véronique B.

Août 2015

lesnuitsdelaitueplat1-l-572119Un roman distrayant qui se lit comme un jus de fruits frais: dans un quartier où les murs sont si fins que toutes les conversations les traversent, une galerie de personnages hauts en couleurs défile et nous fait sourire: l'assistant pharmacien qui étudie les notices des médicaments par cœur avec un goût particulier pour les effets secondaires en tous genres; l'ancien officier japonais qui a passé trente ans de sa vie à poursuivre le combat tout seul en se retranchant dans la forêt bien après que le guerre soit finie; Otto le grincheux, qui boit des tisanes de laitue pour mieux dormir; etc. Une lecture légère et agréable.

Natacha

Rentrée littéraire - août 2015

9782330053116Etienne est photographe de guerre. Il a passé plusieurs mois enfermé, pris en otage dans un pays en conflit. Otages intimes, c'est l'histoire de son retour à la vie libre, retour qui ne coule pas de source et s'accompagnera d'autres douloureuses ou heureuses libérations. Car c'est peut-être le principal sujet de ce roman beau et touchant qui porte si bien son titre: les délivrances intérieures des autres personnages répondent à celles d'Etienne et en refermant le livre, le lecteur lui-même a l'impression d'avoir dénoué certains de ses liens. Otages intimes, c'est aussi une plongée dans la nature, une belle méditation sur l'enfance et un portrait de mère qui ne laissera pas indifférent... Si vous avez aimé Profanes, vous retrouverez avec bonheur l'écriture fine et sensible de Jeanne Benameur pour un livre qui, tant par le choix du sujet que par son traitement, égale largement le précédent.

Natacha

Rentrée littéraire - août 2015

avant et apres la chuteUn récit incroyablement complexe de l'histoire d'un couple tout nouvellement amoureux, tissée avec celle du 11 septembre.

Lui est à New York, ce jour-là, elle, est à la Jamaïque avec une amie. Elle l'imagine parti déjeuner dans l'une des tours, impossible d'avoir des nouvelles. Totalement paniquée , elle va enchaîner les étapes d'une descente aux enfers dont elle ne voudra pas parler. Ils se retrouvent, elle a changé, devant son silence, il est jaloux, il se tait aussi, tout le monde est bouleversé mais eux, comment vont-ils faire pour continuer ensemble ?

Une réflexion subtile sur les liens entre l'universel et la vie personnelle.

Véronique G

Mai 2015 - existe aussi en format numérique.

pukhtuPlongez-vous dans l'univers incroyable de Pukhtu, roman policier mais aussi politique, humain, guerrier. C'est tout simplement magistral. Le rythme est haletant, le sujet, passionnant : la guerre entre les organisations paramilitaire américaines et les talibans dans le bourbier afghan.

Rien n'est bien sûr simple, ni les motivations de ces organisations, ni celles de leurs membres et ce n'est pas nécessairement plus clair du côté des talibans, les luttes ethniques ne simplifiant pas les alliances. L'histoire personnelle de chacun des personnages importants nous est dévoilée avec beaucoup d'intelligence, ce qui rend la distinction entre le Bien et le Mal encore plus délicate.

Vivement la suite !

Véronique G

Mai 2015 - existe aussi en format numérique.

lesgrands prudhommePourquoi se priver d'un voyage ailleurs, en Guinée Bissau grâce au talent de Sylvain Prudhomme ?

Printemps 2012, un jour apparemment comme un autre débute, pour Couto, merveilleux musicien du groupe mythique Super Mama Djombo, par une terrible nouvelle, la mort de Dulce, son premier amour, la chanteuse du groupe. La journée se passera pour lui en souvenirs mais aussi en rencontres, la ville bruissant de rumeurs précises sur la préparation d'un coup d'état...
Musique, politique, amours se mêlent dans ce récit captivant et très agréable à lire grâce à une écriture simple et belle.

Véronique 

larabedufutur 2 sattoufLe premier tome de cette série, Fauve d'Or du Festival d'Angoulême en 2015, avait fortement marqué les esprits. C'est donc avec beaucoup d'impatience et pas mal d'émotion que nous retrouvons le petit Riad, enfant de six ans, blond comme les blés, grandissant dans la Syrie d'Hafez el-Assad, dans les années 80. Dans ce récit autobiographique, Riad Sattouf nous décrit son quotidien, dans un petit village près de Homs, entre sa maman bretonne, qui s'acclimate comme elle peut, et son papa syrien, dont l'ambition reste plus que jamais de faire de son fils un Arabe moderne et éduqué, bref, un Arabe du futur. Il y raconte sa première année sur les bancs de l'école, la maîtresse et ses coups de règle, les nouveaux copains, l'art de la débrouille.

Le ton candide de l'enfant contraste avec la violence de ce quotidien plutôt sombre où rien n'y personne n'est épargné : ni le pays, ni ses habitants, ni même son père, qui sont tous croqués par Riad Sattouf avec le même humour corrosif qui avait fait mouche dans le premier tome. Le dessin terriblement expressif rend palpables les personnages et le traitement des couleurs en bichromie nous plonge dans une ambiance particulière. Bref, c'est comme si on y était, en Syrie, en 1984.

Si vous n'aviez pas lu le premier opus, lisez sans hésiter ce deuxième tome, à la fois touchant et percutant. Vraiment incontournable pour les amateurs de bonnes bandes dessinées et pour tous ceux qui veulent découvrir la Syrie avec le regard d'un enfant.

Delphine

toute la lumiere que nousCouvrant la période de 1934 à 1947, le récit se décline en chapitres courts et procède par flash-backs, alternant la vie des deux protagonistes principaux, Marie-Laure et Werner.

Le destin fera se croiser leurs vies dans les dernières séquences du roman.

Marie-Laure est une jeune aveugle, calme et déterminée, élevée à Paris par son père, menuisier de génie et serrurier au musée d'Histoire Naturelle. Elle dévore les livres en braille que ce dernier lui offre.

Les Allemands envahissent Paris, Marie-Laure et son père se réfugient à Saint-Malo chez l'oncle Etienne, sous la bonne garde de madame Manec.

Werner est orphelin, élevé avec sa soeur Jutta, par Frau Elena qui fait des merveilles avec le peu dont elle dispose à l'orphelinat. Werner est curieux et surdoué en mécanique. Il sera repéré et enrôlé, malgré lui, dans les jeunesses hitlériennes.

Anthony Doerr montre très bien comment une idéologie dominante telle que le nazisme parvient à modeler les êtres à sa manière.

Mais Toute la lumière que nous ne pouvons voir n'est pas seulement un roman sur la guerre, il met aussi en scène de beaux personnages et dégage une certaine poésie par la manière dont Marie-Laure perçoit la vie, son approche des choses, des sentiments qu'elle définit en couleurs et en odeurs, et par la légende d'un diamant qui est un des fils rouges du récit.

L'écriture est simple, la lecture addictive!

Véronique B.

Avril 2015