Librairie Papyrus

"A travers les feuilles d'un bon livre, on pourra entendre un écho qui ressemble au bruit des forêts." Henry David Thoreau

gentilles filles braves garcons farookiDans son sixième roman, Roopa Farooki reprend ses thèmes chers, la famille, les liens entre l'Orient et l'Occident, et nous ravit une fois de plus par sa finesse psychologique, la fraicheur de son ton, la vivacité de sa langue. 
Elle nous entraîne dans un récit dense, éclaté, entre L'Inde traditionnelle, Londres et les USA, depuis 1940 jusqu'à nos jours, à la suite de ses quatre personnages principaux, deux frères et deux soeurs, plus ou moins marqués par une enfance douloureuse sous l'emprise d'une mère autoritaire et manipulatrice. A l'âge adulte, quasi tous les membres de la fratrie se sont éloignés de la figure maternelle mais resteront-ils hantés par leur passé ? Arriveront-ils à se construire en tant qu'adultes, amants, époux, pères ou mères ?

L'auteure ancre son récit dans un monde en pleine mutation, à mi-chemin entre l'Orient traditionnel et l'Occident moderne, aborde sans tabou et beaucoup de justesse les sujets de l'immigration, des mères célibataires ou de l'homosexualité.

Avec patience et amour, Roopa Farooki tisse les liens, souvent distendus, entre ces personnages, et nous donne à suivre ces quatre trajectoires qui ont traversé les cultures, les frontières et les décennies, avec plus ou moins de force ou de fragilité.

Voici sans conteste un roman attachant.

Delphine

Paru en février 2017. Existe également au format numérique.

Dans une librairie, tous les sujets des sciences humaines se côtoient et quand tout vous intéresse, cela peut donner le tournis ! Pour faire une chose à la fois, cette semaine, petite plongée dans la rayon psychologie, avec pour angle d'attaque la psychiatrie.

Quatre titres récemment parus sont chroniqués ci-dessous. Mais par ailleurs, un livre en évoquant un autre, je n'ai pu m'empêcher de repenser au  merveilleux La femme qui tremble de la romancière Siri Hustvedt, paru chez Actes Sud en 2010 (en format poche Babel depuis 2013). Siri Hustvedt, à partir d'un épisode personnel troublant du point de vue de la santé mentale, s'y plongeait dans une recherche passionnante et passionnée sur la santé mentale et la psychiatrie qui la définit et la soigne (ou tente, dans les meilleurs cas, de le faire). A épingler aussi, La santé mentale, de Mathieu Bellahsen aux éditions la Fabrique, qui invite à la vigilance face aux dérives productivistes, gestionnaires, normalisatrices en pscyhiatrie (paru en 2014).

La folle histoire des idées folles en psychiatrie, sous la direction de Boris Cyrulnik et Jacques Lemoine, Odile Jacob

cyrulnikfollehistoireCe livre soutenu mais très clair, didactique et surtout passionnant, retrace l'histoire des idées bizarres qui ont marqué la psychiatrie, y compris pendant les nombreux siècles où elle ne portait pas encore ce nom.

Boris Cyrulnik commence par brosser, dans une introduction brillante par sa lisibilité, un panorama de l'histoire de la discipline - tour de force en quelques pages. Il y rappelle à quel point la définition mouvante et culturelle de la normalité marque fortement, voire définit, la pratique du psychiatre, de même que sa propre vie psychique qui va déterminer sa façon d'aborder le patient et d'interpréter ses comportements, ses paroles, son trouble.

A épingler dans cette introduction : le danger des dogmes et des catégories trop fermées, auxquels Cyrulnik préfère une pratique à la fois scientifique et artisanale, toujours prudente et en recherche.

Suivent des articles de différents contributeurs et une contributrice psychiatres avec différents focus : les supplices imposés aux soldats revenus traumatisés de la Grande guerre pour les renvoyer au combat ; l'évolution des diagnostics d'alcoolisme et des représentations dominantes en matière de consommation d'alcool ; etc.

Passionnant d'un point de vue historique, sociologique et tout simplement humain. 

A chaque jour son patient. Journal d'un neuropsychiatre, Roger Vigouroux, Odile Jacob

vigourouxToujours chez Odile Jacob mais dans un autre registre, voici un livre qui tente, sur le mode du récit romancé, de nous faire découvrir le métier de neuropsychiatre qui, comme l'auteur aime à le rappeler, cumule la neurologie et la psychiatrie. Le récit accroche et rend bien digeste la découverte du métier et d'une des façons de le pratiquer.

 

Être soignant en psychiatrie. Un papillon sur un roseau, Christophe Malinowski, Chronique sociale

chroniquesoetresoignantCe livre fait partie, comme le suivant, d'une collection dédiée aux pratiques, au terrain et à la prise de recul sur ces pratiques : il intéressera donc les intervenants en psychiatrie mais aussi tout un chacun, notamment grâce à toute sa première partie, composée d'un long récit fictif inspiré de faits réels, qui nous met dans la peau du patient. Édifiant. La seconde partie décode et extrait des recommandations.

 

Écrire pour dire, écrire pour se dire. Ateliers d'écriture en milieu psychiatrique, Dominique Mégnier et Anne Hamot, Chronique sociale

chroniquesocecrireChez le même éditeur, ce titre témoigne et trace le chemin pour les animateurs d'ateliers d'écriture en psychiatrie. Balises et démarches concrètes alternent et se complètent pour une lecture très pratique, où on puisera et reviendra.

 

Natacha

hiphop family treeL'histoire du Hip Hop en BD, c'est enfin une réalité et c'est magnifiquement réussi. Quasi exclusivement consacrée à la naissance du mouvement hip hop dans sa dimension musicale, ce comic book remet en perspective le foisonnement des années 70 dans le Bronx, avec Afrika Bombaataa, le Sugarhill Gang, Grandmaster Flash pour n'en citer que quelques-uns. On y croise aussi Jean-Michel Basquiat ou Keith Haring et même si les références sont parfois complexes à déchiffrer, tant ce mouvement a connu une multitude de représentants, on ne peut s'empêcher de fredonner et de se repasser en boucle le succès "Rapper's Delight"! Un album qui donne la pêche!!

Catherine D.

Paru en septembre 2016.

lemondedeshommesSur l'île de Java, dans les Indes néerlandaises, à la fin du 19ème siècle, vit Minke, notre héros, un jeune indigène, élève brillant d'une école européenne. Nous sommes à Surabaya, dans une société hyper hiérarchisée. Minke, journaliste à ses heures, croise la route de Nyai Ontosoroh, une femme hors du commun, concubine d'un riche fermier et industriel hollandais, Herman Mellema. Elle gère seule la "Boerderij Buitenzorg", une ferme prospère, depuis que Herman est devenu fou. Minke tombe follement amoureux de la belle et fragile Annelies, fille de Nyai. L'attention que lui portent les deux femmes, attire sur lui bien des jalousies.

Mais au-delà de l'histoire aventureuse et romanesque, le thème principal du récit est la question du colonialisme. Nyai et Minke sont tous deux javanais, intelligents et idéalistes. Ils rêvent d'une liberté conquise contre un régime de discrimination. Minke, dont l'esprit critique est aiguisé par l'excellente professeure Magda Peters, veut être un homme libre "qui n'obéit ni ne donne d'ordre à personne". Car Minke, dans son coeur et dans sa chair, est javanais. Fils d'un bupati, il honnit la servilité, les rituels et la dépendance de son peuple face aux européens, comme il déteste l'autorité et la supériorité de ces derniers.

Pramoedya Ananta Toer (1925-2006) est une figure marquante de la littérature indonésienne. Il prit part à la lutte pour l'indépendance de son pays et fût incarcéré de nombreuses fois, dont 15 ans passé au bagne sur l’île de Buru, le goulag des mers du Sud, de 1965 à 1979. 

"Le monde des hommes" est le premier tome d'une tétralogie intitulée "Buru quartet". On se réjouit déjà de retrouver ces personnages forts et attachants dans le second volet qui paraîtra en mars, toujours aux éditions Zulma.

 

Véronique

Paru en janvier 2017.

revenu de baseEn sept questions et tout autant de chapitres, voici d'intéressantes pistes de réflexion autour de cette idée originale, mais pas si récente, qu'est le revenu de base ou allocation universelle. Autant défendu par les libéraux que par les socialistes ou autres écologistes et altermondialistes, ce concept difficile à appréhender (utopie? pistes de financement?...) n'est pas dénué d'ambiguïté et les auteurs permettent justement d'affiner notre propre réflexion sur le sujet à travers leur état des lieux. Une nouvelle civilisation serait-elle en marche, qui ne serait plus basée sur la valeur travail et la rémunération? Une lecture pertinente et chaudement recommandée!

Catherine D.

Paru en janvier 2017. Existe aussi en format numérique.

article353ducodepenalQuelle écriture, quelle justesse, quelle fin. Voici un livre qui nous raconte l'histoire de Martial Kermeur, un homme simple qui vient pourtant d'avoir jeté à la mer Antoine Lazenec. Qui est Martial? Pourquoi en est-il arrivé là? Quel va-t-être son sort désormais, maintenant que le corps sans vie de Lazenec a été repêché? 

Dans ce septième roman, Tanguy Viel allie avec brio la forme et le fond. La plume est magnifique, belle, tout en étant très juste et digne par rapport au personnage de Martial; le fond est actuel, nécessaire. Qui sont les grands voleurs de notre époque? Antoine Lazenec, la victime, est un promoteur immobilier qui arrive au Finistère avec un projet mégalo qui pourrait bien transformer totalement l'avenir d'une petite bourgade maritime. Pourtant les choses ne vont pas se dérouler comme prévu.

Dans le bureau du juge où se situe l'ensemble du roman, Kermeur va raconter les faits, c'est ce qu'on lui demande. Avec humilité, il revient sur l'histoire de sa rencontre avec Lazenec et sur leur relation durant plusieurs années.

Quel magnifique roman! Une lecture qu'on vous recommande vivement. 

Catherine

Paru en janvier 2017. Existe aussi en format numérique

laousecroisent4chemins kinnunenTommi Kinnunen nous plonge dans l’histoire d’une famille au cœur de la taïga, au nord de la Finlande, et nous laisse entrevoir ses secrets bien gardés, que le lecteur découvrira peu à peu, à travers la voix de quatre protagonistes : Maria, la matriarche indépendante, Lahja, sa fille, Onni, son gendre, et Kaarina, sa belle-petite fille.

Si la recette du roman polyphonique n’est pas neuve, l’auteur parvient à donner de la consistance à tous ses personnages et à insuffler une âme à ce livre. Il nous livre un récit intimiste, crée une véritable ambiance feutrée et tisse surtout une intrigue dense qu’on ne lâche pas et qui se lit comme une saga.

Ce roman nous invite à un voyage dans la Finlande du XXe siècle, entre 1895 et 1996 : un pays dont nous connaissons finalement peu l’histoire et que nous découvrons avec curiosité, loin des clichés.

Un texte très beau, fluide, premier roman élu à sa sortie en Finlande meilleur livre par le Finnish Grand Journalism Prize.

Certainement une belle découverte.

Delphine

Paru en janvier 2017, traduit du finnois par Claire Saint-Germain, existe aussi au format numérique.

lesfuriesQuel roman! Apprenant qu'il avait été plébiscité par Barack Obama comme une des lectures les plus marquantes de son mandat, je me suis penchée sur ce livre avec curiosité et j'ai été happée.

Construite en deux parties, l'histoire débute dans la famille de Lotto en Floride. Lancelot, dit Lotto, est le riche héritier d'un couple qui a fait fortune dans l'industrie de l'eau en bouteille. A 17 ans, il est envoyé dans le New Hampshire pour faire ses études et surtout, être éloigné de mauvaises fréquentations où la drogue et l'alcool coulent à flot. A 22 ans, il rencontre Mathilde qu'il épouse contre l'avis de sa mère. Débute alors une histoire d'amour aussi passionnelle et fusionnelle que mensongère. Durant les 200 premières pages du roman, on découvre l'enfance de cet homme, on le suit dans son histoire de couple et dans sa carrière professionnelle. 

A la moitié du roman, on plonge dans l'histoire de Mathilde. Née en France, dotée alors du prénom Aurélie, elle débarque aux USA à 12 ans. L'auteur revient sur les évènements déjà racontés dans la première partie du roman mais en proposant un autre regard, celui de cette femme mystérieuse, l'épouse parfaite de Lotto. On va de rebondissements en rebondissements. Qui est vraiment Mathilde? Pourquoi a-t-elle épousé Lotto? Quels sont les mystères qui entourent sa vie avant Lotto?

Lauren Groff dresse un portrait de l’Amérique avec ses clichés et ses excès. Elle nous montre combien les relations sont complexes et pleines de faux-semblants. Dans "Les Furies" les fêtes sont orgiaques, l'amour est passion, les succès sont énormes et les échecs d'autant plus durs. Tout semble excessif et quelques mots suffisent pour briser l'image parfaite construite par chacun des personnages et provoquer la chute de ceux-ci. Une lecture surprenante, un roman qu'on dévore.

Catherine

Paru en janvier 2017, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Carine Chichereau. Existe aussi en format numérique.

guelfenbeinetreadistanceVera Sigall, romancière à l'aura puissante, 83 ans, fait une chute qui la laisse inconsciente. Son ami et voisin Daniel, qui a plusieurs décennies de moins et avait construit avec elle une complicité solide et particulière, veille à son chevet à l'hôpital. Ce qui va mettre sur son chemin la toute jeune Emilia, étudiante fascinée par l'oeuvre de Sigall et atteinte d'un mal étrange : elle ne supporte aucun contact physique. Ensemble, ils vont découvrir l'histoire de Vera mais aussi celle du poète Horacio Infante, son illustre contemporain, et ce qui les lie tous les deux.

Ce livre est empreint d'une grande poésie dans sa façon d'observer le désir, l'envie, l'écriture, les créateurs, la filiation aussi. Qu'il s'agisse de la passion empreinte de rivalité qui lie Horacio à Vera, de l'étrange relation platonique d'Emilia avec son fiancé resté en France, de la curieuse rencontre de Daniel avec Emilia, de la déliquescence du couple que Daniel forme avec Gracia, la romancière suit le fil du désir avec une curiosité d'entomologiste et une belle plume. Elle accompagne aussi ses personnages en proie aux affres et bonheurs de la création, qu'il s'agisse de trouver le mot juste, de trouver de la reconnaissance ou encore de faire aboutir le plan d'un bâtiment rêvé (pour Daniel l'architecte).

La fin nous offre une révélation vers laquelle tout converge. Un très beau roman.

Natacha 

Paru en janvier 2017, traduit de l'espagnol (Chili) par Claude Bleton. Existe aussi en format numérique.

lamortdutaxidermisteDans ce très beau roman, l'auteur met en scène et questionne les relations familiales. Marianne, fille de Bernard et Louise, débarque sur l’île de Corse en plein hiver pour investir la maison familiale de sa mère que celle-ci a quitté dans l'enfance. On découvre avec elle cette île de beauté qui révèle sa nature magnifique mais aussi combien l'isolement est de mise pour les habitants des villages en hiver. Parallèlement, on rencontre ses parents, installés en banlieue parisienne, son frère, sa belle-sœur, son neveu. Bref, toute une belle famille qui, sous des apparences banales, cache pourtant plusieurs histoires. 

Le silence est en effet un élément central des relations au sein de la famille du taxidermiste, utilisé à la fois pour protéger des proches, ou pour fuir ou tenter d'oublier un passé dont on a honte. Une écriture délicate et poétique dessert cette histoire intime qui met en scène de très beaux personnages en quête d'absolu. Une lecture désarçonnante et apaisante.

Catherine

Paru en janvier 2017. Existe aussi en format numérique

pennacmalausseneDu petit lait, un café noir, un cocktail fruité, selon votre préférence, sur une terrasse au soleil : voilà la sensation de lecture associée pour moi à la découverte du premier volet du Cas Malaussène : Ils m'ont menti. En d'autres termes, un vrai plaisir de lecture, aussi naïf que pétri de belle langue, de jeux de miroir narratifs et d'humour.

Pennac retrouve ses personnages plus de 15 ans après le dernier titre de la saga des Malaussène.

[Petit aide-mémoire : tous les titres précédents de la saga dite "Malaussène" de Daniel Pennac sont paru en Folio en format de poche : Au bonheur des ogres, La fée Carabine, La petite marchande de prose, Monsieur Malaussène, Des chrétiens et des maures, Aux fruits de la passion. Pour tout qui a un jour aimé un livre ou aimerait aimer un livre, Comme un roman, également paru en Folio, est également un incontournable.]

Dans ce nouveau titre, le narrateur Benjamin a vieilli et les bébés sont devenus des jeunes adultes, ce qui permet à l'auteur de placer son intrigue dans la France d'aujourd'hui. On s'amuse, on cogite et on se retrouve en terrain familier : les ingrédients sont les mêmes, le plaisir reste entier. En bref, chaleureusement recommandé.

Natacha

Paru en janvier 2017. Existe aussi en format numérique et en livre audio.

9782330064235Un polar haletant et très noir... une immersion dans la Barcelone des paumés et des exclus dont Aro Sainz semble ne pas vouloir nous laisser indemne. Chargé d'enquêter sur deux meurtres potentiellement liés, l'inspecteur Milo Malart, dont le talent est à l'égal de ses troubles psychotiques, nous plonge dans une ballade amère et glaciale au coeur d'une ville dont les inégalités sociales sont de plus en plus criantes. Entre dignité et révolte, jusqu'où peut-on aller pour pouvoir envisager un avenir?  

Gregory R.

Paru en septembre 2016, traduit de l'espagnol par Serge Mestre

alexisjenni danslattentedetoi dec2016
Magnifique déclaration d'amour où la peinture est conviée à traduire la passion charnelle et l'indicible beauté de l'être aimé : les corps se touchent et se dévoilent à travers les splendides oeuvres de Francis Bacon, Rembrandt, Nicolas Poussin, Fragonard, Picasso... Une lecture empreinte de sensualité qui vous fera vibrer!

Catherine D.

Paru en septembre 2016.

aubonheurdeslistesShaun Usher nous avait ravi avec son recueil "Au bonheur des lettres", compilant des courriers inattendus et farfelus. Elle nous revient avec ce recueil "Au bonheur des listes", reprenant 125 listes étonnantes découvertes au gré de ses recherches, signées de personnages historiques pour la plupart. L'art de faire des listes est aussi ancestral que l'écriture, il relève d'un besoin propre à l'homme de contrôler le monde qui l'entoure. Reflet de pensées intimes ou de considérations plus pragmatiques, ces textes sont avant tout une trace laissée par l'Histoire. Les listes sélectionnées dans ce recueil sont très variées, plus ou moins anciennes (certaines remontent à l'Egypte antique !) mais ont toutes un point commun : le ton y est totalement libre et le résultat est plutôt surprenant. On découvrira avec plaisir des listes signées de Léonard de Vinci, Marylin Monroe, Martin Luther King, Pablo Picasso, Roald Dahl ou Charles Darwin, allant de la liste de courses aux bonnes résolutions de l'an neuf, en passant par des conseils en tout genre ou des glossaires loufoques. L'occasion pour le lecteur de plonger dans l'intimité souvent méconnue des célébrités. Vraiment amusant !

Delphine

Paru en belle édition en septembre 2015, cet ouvrage a été publié en octobre 2016 dans un grand format broché en édition Livre de poche. 

hommeetlebois myttingDepuis la nuit des temps, il existe une relation intime entre l'homme et le bois. Une relation de dépendance bien sûr, en tant que combustible de chauffage, mais aussi une relation d'affection. "Chaque homme regarde sa pile de bois avec une sorte d'affection" nous disait Henry David Thoreau... Lars Mytting, écrivain, journaliste et éditeur norvégien, connaît bien le bois, puisqu'en Scandinavie, le bois est une institution : il fait partie de l'histoire de ces pays aux températures glaciales en hiver, il est au coeur des préoccupations des Norvégiens et il a une haute valeur symbolique dans ces contrées où l'homme se sent si proche de la Nature. Il a décidé d'écrire ce livre, assez unique en son genre, car en plus d'être un guide pratique complet, il se révèle une véritable ode au bois. A la lecture de cet ouvrage plein de charme, on s'instruit, on apprend quelques bons trucs pour choisir, stocker, brûler son bois, et surtout on se réchauffe le coeur ! Phénomène éditorial, voici un ouvrage généreux qui crépite et flamboie, agrémenté de très belles illustrations. Un excellent livre à feuilleter auprès d'une bonne flambée. 

Delphine

Paru en octobre 2016. 

remedeslittrairesDésormais, vous verrez votre bibliothèque comme une pharmacie : quel que soit le mal dont vous souffrez, qu’il soit physique ou psychique, sachez qu’un bon livre bien choisi pourra aussi vous guérir. Les auteures britanniques Ella Berthoud et Susan Elderkin ont rédigé avec beaucoup de sérieux et une bonne dose d’humour ces Remèdes littéraires pour se soigner par les livres. Alexandre Fillon, journaliste français, y a ajouté quelques ingrédients issus de la littérature francophone, et d’authentiques libraires y ont mis aussi leur grain de sel en autant de conseils de lecture avisés. Laissez-vous guider par cette posologie unique en son genre : un cadeau original pour les grands lecteurs et autres amateurs de Littérature. 

Delphine

Paru en octobre 2015 en édition grand format, ce livre vient de ressortir en octobre 2016 dans une très jolie édition de poche cartonnée. 

newyorkesquisses prentissNew York, 1980. Une année qui s'annonce pleine de promesses pour James Benett, critique d'art à la synesthésie flamboyante, Raul Engales, peintre argentin en voie de reconnaissance, et Lucy Obersson, fraîchement débarquée d'Idaho. Ces trois personnages vont se croiser, se rapprocher et s'éloigner au fur et à mesure du temps qui s'écoule, marqué par les succès et les tragédies. Une belle plongée dans le monde de l'art du début de cette décennie, alors que la ville se transforme et ne pardonne rien. 

Hélène

Paru en août 2016, traduit de l'anglais par Nathalie Bru - Existe aussi en format numérique.

lenfantquimesuraitlemonde arditiLa fille d'Eliot est morte. Il essaie de se reconstruire en poursuivant l'oeuvre de celle-ci mais aussi grâce à l'amour de Maraki et surtout grâce à la relation quasi paternelle qu'il vit avec Yannis, l'enfant qui joue avec les chiffres mais ne communique pas. Avec comme toile de fond, la Grèce, ses richesses historiques, ses paysages superbes et sa corruption omni-présente. Un roman bouleversant.

Isabelle

Paru en août 2016, ce roman existe en format numérique

 

chansondouce slimaniDès le premier chapitre, nous savons que Louise a tué les enfants. L'art de Leïla Slimani est de nous tenir en haleine durant tout le roman et de nous faire découvrir par petites touches comment une personne sans histoire extraordinaire peut basculer dans la folie meurtrière. Mais qui osera engager une nounou après la lecture de ce roman ?

Ce roman a reçu le prix Goncourt 2016. 

Isabelle

Paru en août 2016, ce roman existe en format numérique.

 

euroLe ton est donné dès le titre : l'Euro est une catastrophe. Joseph Stiglitz est titulaire du « Prix Nobel » d'économie, il a été conseiller économique du président Clinton, puis économiste en chef et vice-président de la Banque mondiale. Pas précisément le profil d'un europhobe . Son diagnostic impitoyable n'en est que plus intéressant. Parmi ses nombreux constats : les performances économiques de la plupart des pays de la zone euro sont moins bonnes qu'avant l'adoption de la monnaie unique. D'autre part, l'Union européenne a perdu tous ses référendums. Deux phénomènes qui fragilisent le projet européen.

Création de l'Euro : la malfaçon

Si l'Euro ne fonctionne pas, c'est dû, dit-il, à la décision fatale de créer une monnaie unique sans les institutions pour la faire fonctionner. Elle s'est construite dans un mélange de mauvaise science économique et d'idéologie perverse, ce qui a abouti à un échec économique et politique. Il est absurde d'avoir imposé la même politique économique à des pays très différents. Des économies faibles seraient forcément plus sensibles aux chocs , mais cela ne semble pas avoir été anticipé...

Si un tel système peut fonctionner aux Etats-Unis, c'est qu'on y trouve trois mécanismes d'ajustement : la facilité de migration entre états (langue commune, sentiment d'appartenance national), le soutien financier automatique de l'état fédéral, le système bancaire largement fédéral. Si le Dakota traverse une période difficile, ces trois mécanismes viendront l'aider. Rien de comparable en Europe : un émigrant le reste très longtemps ; le budget européen est minuscule ; et chaque pays est responsable de ses banques. L'Euro portait donc en germe son autodestruction. Et en effet, loin de créer la convergence, il a renforcé la divergence. Il a creusé le fossé des inégalités entre les pays qui y participent, mais aussi à l'intérieur de chacun de ces pays .

Des politiques inappropriées

En effet, à ces vices structurels se sont surajoutées des politiques qui ont aggravé le désastre. Une économie confrontée à une récession dispose de trois mécanismes principaux (...) : baisser les taux d'intérêt pour stimuler la consommation et l'investissement ; baisser les taux de change pour stimuler les exportations ; ou utiliser la politique budgétaire – augmenter les dépenses ou réduire les impôts. La monnaie unique a éliminé les deux premiers mécanismes, mais ensuite les critères de convergence ont éliminé le troisième. Dans de nombreux pays, ils ont même obligé les états à agir dans le sens diamétralement opposé.

Les politiques d'austérité ont provoqué la fuite des capitaux et de la main d'oeuvre des pays pauvres, deux phénomènes qui accentuent la divergence entre pays et qui augmentent le poids de la dette. Une politique industrielle aurait dû viser à combler l'écart technologique entre états européens, mais l'idéologie néolibérale s'y opposait. C'est également l'idéologie du laisser-faire qui a favorisé le laxisme bancaire, avec ses conséquences pour les dettes publiques. Pour les banques, on a préféré croire au conte de fée de l'autorégulation : autrement dit, on a fait semblant de croire que les banques se surveilleraient elles-mêmes. Finalement, les politiques de la zone Euro n'auront été un succès que pour les banques allemandes et françaises.

Un cas emblématique : la Grèce

Si Joseph Stiglitz n'y consacre pas un chapitre spécifique, c'est parce que la crise grecque traverse tout le livre. On a accusé le peuple grec de tous les défauts du monde, et la réfutation est ici rigoureuse. Par exemple : Il est utile de noter qu'en 2014, les Grecs, qu'on dit paresseux, ont effectué un nombre d'heures de travail supérieur de près de 50 % à celui des Allemands. En fait, la crise grecque a démontré que l'Union économique et monétaire n'est pas une association d'égaux, mais une agence de recouvrement de créances au bénéfice, notamment, de l'Allemagne. L'épisode a accentué la scission entre pays créanciers et pays débiteurs, le pouvoir politique étant aux mains des créanciers. Et la Grèce paie cher le sauvetage des banques prédatrices, par la spoliation des pauvres, qui n'y sont pour rien.

L'auteur ajoute que, normalement, les conditions dictées par les créanciers à des débiteurs en difficulté sont conçues pour accroître leurs chances d'être remboursés. La Troïka a fait le contraire, en conduisant le pays à la ruine. Cette aberration a de multiples explications : l'idéologie, l'incapacité à se dédire et à reconnaître qu'on s'est trompé, le refus de la réalité, mais aussi l'occasion saisie d'imposer à la Grèce un cadre économique impossible à obtenir par les urnes. On a réécrit les règles de l'économie de marché au bénéfice de quelques-uns. La Banque centrale européenne, par exemple, a obligé les états à assumer les dettes de leurs banques, ce qui est contraire aux lois ordinaires du capitalisme : l’État n'intervient pas tant que les actionnaires n'ont pas donné tout ce qu'ils pouvaient.

Le diable gît dans les détails. Et quels détails ! Les Grecs adorent leur lait frais, produit localement et livré aussitôt. Mais en 2014, la Troïka a imposé la suppression du mot frais sur les étiquettes, avec pour effet d'ouvrir le marché grec au lait hollandais. L'augmentation de la tva sur l'activité touristique visait à alimenter les caisses de l’État grec ; en dissuadant les touristes, il aura l'effet inverse. Mais la palme de l'aberration revient sans doute à la mesure imposée aux PME, qui constituent plus de 80 % de l'économie grecque, de payer leurs impôts un an à l'avance, ce qui est une puissante barrière à l'entrée en activité.

Résumons : si la Grèce est en dépression, ce n'est pas parce qu'elle n'a pas fait ce que l'Eurogroupe lui demandait de faire, mais parce qu'elle l'a fait. Toujours et partout, l'austérité a échoué. On se demande bien pourquoi la Troïka a pensé que, cette fois, ce serait différent...

Y a-t-il des solutions ?

Quatre chapitres du livre sont consacrés aux issues possibles à cette crise de l'Euro. L'Euro peut très bien fonctionner, nous dit Stiglitz, et il énumère les réformes nécessaires. Mais il ajoute que la position de l'Allemagne est un obstacle majeur : pour elle, la zone Euro n'est pas une union de transferts.Si cela ne change pas, un divorce (monétaire) à l'amiable ne serait pas la fin du monde. Car le projet européen est trop important pour qu'on laisse l'Euro le détruire. Une seule chose est néanmoins certaine : le statu quo n'est plus possible. 

Même s'il est d'une lecture aisée, il est difficile de rendre, en quelques lignes, la richesse de ce livre de 400 pages. Un conseil : lisez-le.

Michel Brouyaux (ancien libraire et lecteur passionné et passionnant)

Paru en septembre 2016 - existe aussi en format numérique

sortir de l impasseLes essais sur la vie politique et économique de nos sociétés sont nombreux pour l'instant et ça tire dans tous les sens, difficile de faire un tri. Le livre "Sortir de l'impasse" m'a fait de l’œil et bien m'en a pris car voici une lecture instructive et vivifiante. 

Ces dernières semaines, je me suis plongée dans plusieurs essais et j'ai été parfois frappée du caractère fort "français" du contenu, la lecture reste intéressante mais de nombreuses références m'échappent lorsque des abréviations que je ne connais pas son utilisées à tout va. Ici, ce sont à nouveau des économistes principalement français qui s'expriment mais le propos est universel, les réflexions sont facilement transposables au contexte belge notamment.

Dans ce livre il est question d'allocation universelle, de libéralisation du marché de l'énergie, de réduction du temps de travail, de l'industrie, de dette publique, d'évasion fiscale, de l'Europe, de salaires des grands patrons... bref, c'est large et extrêmement intéressant, tout en étant très abordable en terme de lecture. Il y a clairement un parti pris qui remet en question le libéralisme mais sur un même sujet, plusieurs personnes s'expriment, ce qui permet une diversité de points de vue. 

Au-delà des constats posés, ce sont toute une série d'alternatives qui sont proposées pour "sortir de l'impasse" et réenchanter l'avenir économique. Des changements sont possibles, à nous de les mettre en place. 

Catherine M

Paru en octobre 2016 - existe aussi en format numérique

lesplusbeauxlieuxpourcourirLe trail, la course au grand air... voilà un sport à la mode que certains pratiquent un peu à la librairie (on vous laisse deviner qui). Alors pour les aficionados des baskets, voici un superbe livre, propice à l'évasion.

"Les plus beaux endroits pour courir" est une invitation aux voyages natures, découvertes...  Idéal pour les sportifs, les trailers mais aussi pour les randonneurs qui s'évaderont à travers les pages de ce livre et trouveront peut-être des nouvelles idées de lieux où partir se ressourcer. Les photographies sont très réussies et les textes agréables à lire, écrits avec humour aussi. Seul hic, cela risque de vous donner des envies de partir à l'autre bout du monde.

Et pour prolonger le plaisir, si vous avez l'habitude de courir avec un fond sonore, pourquoi ne pas tentez un audio livre? De plus en plus de romans ou d'essais sortent sous format audio, lus par de véritables comédiens professionnels et c'est un vrai plaisir. Partez sur les routes de Russie avec "Berezina" de Sylvain Tesson, à Naples avec "L'amie prodigieuse" d'Elena Ferrante ou osez un polar comme "Le fils" de Jo Nesbo. Un inconvénient toutefois, les livres audio sont encore assez onéreux (entre 20-25€). 

aquariumL’écriture si belle de David Vann nous plonge dans le cœur palpitant de Caitlin, petite grande fille aux prises avec une mère aimante rendue brutale par ses souvenirs d’enfance qui, tout à coup, remontent à la surface. Enfant aux premières marches de l’adolescence, Caitlin cultive un monde intérieur et des secrets pleins de chaleur et de vie, qui la protègent face aux sursauts de folie de sa maman. Et Caitlin a aussi un allié, marqué mais déterminé.

Vann manie les atmosphères et les images avec art. Il nous immerge dans un centre aquatique où le monde étrange de la vie sous-marine renvoie aux humains son miroir doux-amer. Ce faisant, Vann nous ensorcelle dans ce roman qui nous secoue dans tous les sens mais nous amène vers une issue pleine d’espoir.

David Vann est également l’auteur du très remarqué Sukkwan Island, de Impurs et de Goat mountain.

Natacha

Paru en octobre 2016, traduit de l'anglais (Etat-Unis) par Laura Derajinski.

librepourapprendreEn ce moment, dans les livres sur l'école, l'éducation et la pédagogie, cela bouillonne. A tout moment, nous nous attendons à voir les volumes du rayon "école" sortir de leur armoire et brandir des calicots pour réclamer d'autres pratiques en matière de politiques scolaires.

Au-delà de la boutade et du phénomène de société, voici un livre qui nourrit assurément la réflexion sur l'école en proposant un radical changement de regard. Pour peu que l'on passe au-dessus de la tonalité "américaine" et parfois sans nuances, on se nourrira richement du propos.

L'auteur commence par témoigner de sa propre expérience de parent, le parent d'un adolescent qui rejette et que rejette l'école. Il se penche sur les ressources éducatives du jeu et en particulier du jeu en autonomie, hors du contrôle des adultes. Il appuie ses dires sur des recherches scientifiques et les illustre en nous parlant de l'école de Sudbury Valley. Il remonte aussi dans l'histoire de l'humanité et de son rapport à l'apprentissage, avec un point de vue qui peut sembler partial mais dont qui a l'avantage de nous inviter à décaler notre regard.

Aucun livre n'est neutre et tous s'appuient sur un système de valeurs : à nous de resituer le nôtre en les lisant. Pour ma part, j'ai trouvé ce livre nourrissant, inspirant et vraiment différent de ce que j'ai pu lire ailleurs à ce sujet. L'écriture est par ailleurs fluide et agréable à lire.

Natacha

Parution octobre 2016.

conversationkittycrowtherKitty Crowther est une artiste reconnue et saluée, en particulier pour ses albums dédiés à la jeunesse : Poka et Mine, Scritch scratch dip clapote, Le petit homme et Dieu, La visite de petite mort, Mère Méduse etc. Elle nous a offert en 2016 un magnifique album consacré au peintre Jan Toorop.

Le livre dont il est question ici est une longue conversation où Kitty se raconte et raconte tout ce qui a tissé son rapport au monde et nourrit sa création. Et, comme ses albums, le résultat est magique, nourrissant, désaltérant pour l'âme et pour le créateur qui sommeille en chacun de nous. C'est aussi une très belle porte d'entrée dans son œuvre et cela donne envie de relire tous ses albums et de les partager avec les enfants.

A propos de mes deux personnages Poka et Mine, on me demande sans cesse s'ils sont des insectes, et si oui, lesquels. Je réponds que je ne sais pas et qu'il existe cinq millions d'insectes sur la terre dont certains n'ont pas de nom. J'ai envie de dire à mes lecteurs : "Habituez-vous à ne pas tout contrôler dans votre tête. La réalité est incontrôlable."

Ponctué d'illustrations et de photos, ce livre peut se lire d'une traite ou se picorer.

Natacha

Paru en octobre 2016.