Librairie Papyrus

"A travers les feuilles d'un bon livre, on pourra entendre un écho qui ressemble au bruit des forêts." Henry David Thoreau

les vies multiples" Le temps est un cheval de course qui avale les kilomètres en galopant vers la ligne d'arrivée " : telle est la vie d'Amory Clay. Femme amoureuse, aventurière, passionnée, qui capte le 20ème siècle à travers son viseur.

"J'aime photographier les gens en pleine action...cette capacité de l'appareil à saisir à l'improviste de l'animé en suspens...seule la photographie peut réussir ce tour de magie". Tout au long de sa carrière, elle reste la plus fidèle possible à "un art de la photographie sans tabou".

Son parcours professionnel est atypique et l'amène à faire de nombreux aller-retour entre Londres et New York, en passant par Berlin, Paris, et enfin le Vietnam. Initiée très jeune par son oncle Greville, elle débute comme photographe, en 1927, pour "Beau monde", un magazine mondain pour lequel elle tire les portraits de la bourgeoisie londonienne. Très vite lassée de cet univers étriqué et capricieux, elle part à Berlin et revient à la capitale avec suffisamment de photos pour mettre sur pied sa première exposition "Berlin bei Nacht", qui scandalise Londres mais lui donne un nom. Sur les conseils de son ami et protecteur, Cleve Finzi, elle travaille de nombreuses années d'abord à New York, puis à Londres pour le magazine américain "Global-Photo-Watch" ou "le monde dans notre viseur".

Elle devient correspondante de guerre, photojournaliste, pendant la deuxième guerre mondiale et plus tard, au Vietnam, en 1967. Elle ressent le besoin d'être confrontée à la guerre, qui l'a déjà meurtrie à sa façon, à travers son frère Xan, son père et son mari Sholto. Le premier décédé, les deux autres, revenus du front, marqués à tout jamais.

Les vies multiples d'Amory Clay sont aussi le récit de sa vie intime : un mariage, deux filles, des amants car "les désirs du cœur sont aussi tordus qu'un tire-bouchon".

Grâce aux clichés photographiques qui enrichissent le récit, William Boyd rend ce beau portrait de femme encore plus tangible.

Et nous de rêver devant les "pouvoirs" d'un "Ensignette, d'un Zeiss Contax, Rolleiflex, Leica, ou d'un Voigtlander".

Véronique B

Octobre 2015 - existe aussi en format numérique.

une vie entiereAndreas Egger, né à l'aube du 20ème siècle, en Autriche, a survécu à son enfance, à une avalanche et à la guerre. Doté d'un pouvoir de résilience peu commun car "un homme, selon lui, doit élever son regard pour voir plus loin que son petit bout de terre, le plus loin possible", il est le témoin dubitatif d'une époque en pleine mutation.

Après le décès de sa mère, il est envoyé dans un village où il est le bâtard qu'un fermier rudoie, ce qui lui vaut une jambe boiteuse. Il travaille dur, s'offre un petit lopin de terre et épouse Marie, "cheveux courts, d'un blond de lin", serveuse à l'auberge. Il intègre l'équipe du chantier de la construction du téléphérique, "avec lequel les montagnes semblent avoir perdu un peu de leur toute-puissance éternelle". Et le village assoupi est dès lors illuminé grâce à l'électricité. Le téléphérique développe un tourisme pour lequel, plus tard, il se fait le guide, "Les gens viennent chercher dans les montagnes quelque chose qu'ils croient avoir perdu...quelque insatiable nostalgie".

En 1942, Egger est envoyé en renfort sur le front russe, endure le froid de l'hiver caucasien, est fait prisonnier dans un camp, "où la mort fait partie de la vie comme les moisissures font partie du pain". De retour au village, "à la place des croix gammées, les géraniums ornent de nouveau les fenêtres des maisons". L'avènement de la télévision, "un appareil grand comme un buffet", d'où sortent, "des voix un peu nasillardes", remplace l'habituelle rumeur de la taverne.

C'est toute une vie qui défile sous nos yeux, celle d'un homme humble et intègre, avec ses joies et ses épreuves, un homme amoureux d'une nature qui est le deuxième personnage du récit.

Robert Seethaler écrit un roman nostalgique, doux et triste, dans un très belle langue épurée et poétique.
 
Véronique B
 
Octobre 2015 - traduit de l'allemand (Autriche) par Elisabeth Landes

delivrances morrisonDans son onzième roman, Toni Morrison nous fait entendre les voix d'hommes et de femmes aux relations dictées par leurs traumatismes, mensonges ou vérités cachées, mais aussi par une forme de racisme qui dénature les rapports familiaux.

Lu Ann, dite Bride, naît tellement noire que sa mère répugne à la toucher. Pour s'attirer l'amour de sa mère, la petite va jusqu'à faire un faux témoignage qui mettra une institutrice en prison. Une fois adulte, sa volonté de se racheter ne la quittera plus. L'ancien compagnon de Lu Ann, Booker, ancien étudiant solitaire et trompettiste à ses heures, conserve en lui le spectre d'Adam, le frère aîné, tué par un pédophile pervers.

Ce n'est que libérés des mensonges, du poids du souvenir et de l'humiliation, qu'ils pourront envisager un nouvel avenir commun.

Toni Morrison, grande dame de la littérature américaine, décrit le monde d'aujourd'hui sans aucune concession, dans un style limpide, avec une touche d'humour.

Véronique B.

Août 2015

dailleurslespoissons stefanssonAri est le personnage principal du roman, dont la vie nous est racontée par son meilleur ami d'enfance. Ari revient à Keflavik, une terre âpre, en Islande, de 10 000 âmes, d'où il est parti depuis deux ans, fuyant une rupture amoureuse et bien des souvenirs, et toujours la douleur de la perte de sa mère, décédée alors qu'il était tout jeune. "On peine à respirer dans les petites sociétés, le manque d'air est suffocant, je m'en vais avant d'étouffer" écrit-il à son ami et confident de toujours.

Dans cette chronique familiale, Jon Kalman Stefansson construit son récit en trois temps : l'histoire d'Oddur, le grand-père, pêcheur renommé qu'Ari n'a pas vraiment connu mais dont il a si souvent entendu parler et de sa grand-mère Margret, Ari, jeune garçon et son père Jakob, avec lequel les mots sont si difficiles à partager, et Ari, de retour aujourd'hui, à la recherche de ses souvenirs sur la terre aride de Keflavik. Jon Kalman Stefansson alterne les époques avec virtuosité.

Poète, avec une tendresse pour ses personnages et son pays natal qu'est l'Islande, Stefansson émeut, nous parle de la vie, de la mort, de nos erreurs... avec intelligence, 

Assurément un beau et grand livre.

Véronique B.

Août 2015

hiverPar petites touches impressionnistes, Christopher Nicholson fait revivre l'écrivain et poète britannique Thomas Hardy, décédé en 1928, auteur de célèbres romans de la fin du 19ème siècle tels "Tess d'Uberville" ou "Jude l'obscur".

Thomas Hardy a 84 ans "d'assez petite taille, le visage couvert de rides, les yeux bleu clair et larmoyants, en amande... un nez proéminent et une fine moustache blanche...", il  vit relativement reclus dans sa maison du Dorset. Entouré de sa secrétaire et épouse en seconde noce, Florence, 45 ans, "visage arrondi, une chevelure châtain foncé relevée en chignon, et des yeux aux lourdes paupières qui donnent une forte impression de mélancolie", et de son vieux chien, Wessex.

Le roman donne successivement la voix à Thomas, écrivain en fin de vie, méditant sur le temps qui passe, à Florence, épouse dévouée, de santé fragile et à Gertrude, jeune comédienne dont l'écrivain tombe secrètement amoureux, "entre eux s'étend l'espace de soixante longues années : est-il né trop tôt ou elle trop tard ?"

Le couple Hardy s'étiole lentement par la différence d'âge, par l'absence d'un enfant et par le manque d'affinités qui s'affirme avec le temps. Pourtant il subsiste entre eux un ultime sursaut d'amour ou le souvenir d'un amour partagé, "depuis le début de leur mariage, elle lui fait la lecture le soir...cette habitude fait partie de la routine de leur vie conjugale...". Ils rivalisent d'attention envers leur vieux terrier, Wessex, substitut de l'enfant non avenu.

Quand la jolie comédienne, Gertrude, dont s'entiche Thomas, monte sur les planches pour interpréter "Tess", Florence, hypocondriaque et acariâtre, est terriblement blessée, "la longueur des silences, le passage inexorable des années, le sentiment d'être sèche comme une vieille calebasse, aussi sombre qu'une ombre...la sensation de n'être pas vivante du tout...".Gertrude, belle et jeune maman, devient, pour elle, l'objet d'une obsession angoissée.

Un roman au charme anglais, un rien désuet avec de magnifiques descriptions d'une nature qui est intrinsèque à l'oeuvre de Thomas Hardy.

C'est l'hiver en Angleterre et c'est aussi l'hiver dans les cœurs.

 Véronique B

Octobre 2015 - existe également en format numérique.

avant et apres la chuteUn récit incroyablement complexe de l'histoire d'un couple tout nouvellement amoureux, tissée avec celle du 11 septembre.

Lui est à New York, ce jour-là, elle, est à la Jamaïque avec une amie. Elle l'imagine parti déjeuner dans l'une des tours, impossible d'avoir des nouvelles. Totalement paniquée , elle va enchaîner les étapes d'une descente aux enfers dont elle ne voudra pas parler. Ils se retrouvent, elle a changé, devant son silence, il est jaloux, il se tait aussi, tout le monde est bouleversé mais eux, comment vont-ils faire pour continuer ensemble ?

Une réflexion subtile sur les liens entre l'universel et la vie personnelle.

Véronique G

Mai 2015 - existe aussi en format numérique.

lesnuitsdelaitueplat1-l-572119Un roman distrayant qui se lit comme un jus de fruits frais: dans un quartier où les murs sont si fins que toutes les conversations les traversent, une galerie de personnages hauts en couleurs défile et nous fait sourire: l'assistant pharmacien qui étudie les notices des médicaments par cœur avec un goût particulier pour les effets secondaires en tous genres; l'ancien officier japonais qui a passé trente ans de sa vie à poursuivre le combat tout seul en se retranchant dans la forêt bien après que le guerre soit finie; Otto le grincheux, qui boit des tisanes de laitue pour mieux dormir; etc. Une lecture légère et agréable.

Natacha

Rentrée littéraire - août 2015

toute la lumiere que nousCouvrant la période de 1934 à 1947, le récit se décline en chapitres courts et procède par flash-backs, alternant la vie des deux protagonistes principaux, Marie-Laure et Werner.

Le destin fera se croiser leurs vies dans les dernières séquences du roman.

Marie-Laure est une jeune aveugle, calme et déterminée, élevée à Paris par son père, menuisier de génie et serrurier au musée d'Histoire Naturelle. Elle dévore les livres en braille que ce dernier lui offre.

Les Allemands envahissent Paris, Marie-Laure et son père se réfugient à Saint-Malo chez l'oncle Etienne, sous la bonne garde de madame Manec.

Werner est orphelin, élevé avec sa soeur Jutta, par Frau Elena qui fait des merveilles avec le peu dont elle dispose à l'orphelinat. Werner est curieux et surdoué en mécanique. Il sera repéré et enrôlé, malgré lui, dans les jeunesses hitlériennes.

Anthony Doerr montre très bien comment une idéologie dominante telle que le nazisme parvient à modeler les êtres à sa manière.

Mais Toute la lumière que nous ne pouvons voir n'est pas seulement un roman sur la guerre, il met aussi en scène de beaux personnages et dégage une certaine poésie par la manière dont Marie-Laure perçoit la vie, son approche des choses, des sentiments qu'elle définit en couleurs et en odeurs, et par la légende d'un diamant qui est un des fils rouges du récit.

L'écriture est simple, la lecture addictive!

Véronique B.

Avril 2015

river bluesRiver Blues débute aux USA dans les années 1920. A cette époque, la Louisiane est frappée par un terrible ouragan (peut-être similaire à Katrina) et la région se retrouve sous eaux pendant plusieurs mois. Les familles sont disloquées, les amis se perdent de vue et de longues périodes d'errance débutent. Robert Lee Chatham est un noir américain à peine adolescent à l'époque, qui se voit forcé de quitter sa famille et de vagabonder. Ses rencontres seront parfois heureuses, souvent violentes.

On le retrouve dans les années 1940. Ce sont alors les machines qui viennent chasser certaines familles de leurs terres. L'urbanisation du pays est en route et de grandes réserves naturelles sont attaquées à coups de dynamite, forçant des trappeurs notamment à errer eux aussi. Robert, qui vivait avec une famille de trappeurs depuis quelques temps, se retrouve à nouveau sur les routes. Ce nouveau voyage le ramènera-t-il enfin vers des jours plus heureux?

River Blues est, comme son nom l'indique, teinté de blues. C'est un livre parfois dur, mélancolique mais aussi une ode à la nature. L'auteur a à peine 30 ans on lui souhaite plein de succès pour la suite.

Catherine

Avril 2015

tout sur sallyArno Geiger est un des grands écrivains autrichiens contemporains. Nous l'avions découvert avec le récit très réussi et très intimiste "Le vieux roi en son exil" où il se livrait sur son rapport à son père atteint de la maladie d’Alzheimer. Geiger change totalement de registre ici avec "Tout sur Sally" qui est une foisonnante autopsie de la vie conjugale à travers le personnage de Sally, quinquagénaire tourmentée, délurée et toujours séduisante.

Ce livre raconte une histoire, celle de Sally et Alfred, mais il porte aussi en lui toutes les interrogations sur le temps qui passe, sur la passion des premiers mois qui se mue en tendresse, sur l'amour, sur le sexe, sur l'intimité, sur le regard qu'on porte sur l'autre au fil des années, sur ce qu'on décide d'ignorer ou au contraire d'affronter...

On lit ce livre, non pas pour l'histoire, mais bien pour le suivi psychologique qui est fait des différents personnages et où finalement aucun n'apparait comme tout blanc ou tout noir. On s'attache aussi bien à Sally qu'à Alfred, et même à leurs amis Nadja et Erick qui troublent leur vie conjugale.

Catherine

Mars 2015 - existe aussi en format numérique.

un ete a bluepointAu commencement de cette histoire : une famille américaine traditionnelle, une maison de banlieue, un gamin joueur de base-ball. Le père, Arthur Wise, est un avocat ambitieux.

La réussite de ce dernier va conduire la famille au Cape Cod dans une superbe maison où l'argent coule à flots, où la mère, de simple ménagère, devient une femme au consumérisme frénétique.

Hilly, le fils, fil rouge de ce roman en trois temps, raconte son adolescence à Bluepoint (Cape Cod), l'été où il tombe amoureux fou de Savannah, jeune noire et nièce du boy de la famille, Lem Dawson. Un amour interdit dans ce pays où la ségrégation persiste.

Hilly devient journaliste puis père de quatre filles. Toute sa vie, il sera hanté par cet amour de jeunesse et rongé de culpabilité par la mort de Lem, le boy de couleur. Il n'aura de cesse de retrouver Savannah. C'est un homme tourmenté par la fortune de son père, fortune qu'il n'acceptera que bien plus tard et qu'il gérera à sa manière.

Mais la culpabilité et les bonnes intentions peuvent-elles racheter le passé ?

Un premier roman américain ambitieux et réussi.

Véronique B

Février 2015 - existe aussi en format numérique

findemissionAvec justesse, Phil Klay décrit la guerre et ses désillusions à travers ce recueil de nouvelles. Il nous entraîne tantôt en Irak lors des attaques ou dans les longs moments d'ennui, tantôt aux USA lorsque les soldats sont de retour et qu'il leur faut vivre avec les images cauchemardesques qui les hantent ainsi qu'avec le poids du regard des autres sur leur statut de « soldat ».

Ce livre est lucide, interpellant. Il nous parle de la guerre avec nuance et c'est peut-être cela qui est particulier. Il n'est ni noir, ni blanc bien que fortement gris. Il est pourtant émouvant également. L'auteur, lui-même ancien combattant d'à peine une trentaine d'années, couche sur le papier une écriture terriblement sensible et nuancée (bien que la première nouvelle soit assez 'cash' dans son vocabulaire et violente, surtout ne pas s'arrêter là). 

Voilà un auteur qu'on aimerait bien vite retrouver et suivre pour voir où il peut nous emmener.

Phil Klay sera à Namur le vendredi 28 août lors de l'Intime festival!

Catherine

Février 2015.

lilaLa vie de Lila... elle se passe sur les routes à suivre les adultes que se déplacent de ferme en ferme et travaillent comme saisonniers, sans jamais se poser. La vie de Lila, elle la passe à apprendre tant de choses de la nature et sur les hommes en bien, en mal. Et au bout du chemin, rencontre un vieux pasteur qui tombe en amour.

De discussions en discussions ensemble, va-t-elle enfin lui faire confiance et se poser?

Intemporel et tout simplement beau.

Véronique 

Février 2015 - aussi disponible en format numérique.

notre familleCette lecture est une porte ouverte étonnante sur la vie de la diaspora indienne et son intégration à la société américaine. Un univers qui m'était tout à fait inconnu.

La communauté indienne aux Etats-Unis semble en effet fort soudée, organisée et tente de s'intégrer tout en perpétuant les rites propres à sa culture. Probablement largement autobiographique, ce livre percutant est émouvant et très intime. L'auteur se livre avec honnêteté, il nous parle d'exil mais aussi de la famille tout simplement. 

Catherine

 

Janvier 2015 - aussi disponible en format numérique.

troisfreres acrkroydDans ce roman de Peter Ackroyd, nous plongeons dans le Londres populaire d'après-guerre, en suivant le destin de trois frères dans un quartier ouvrier du nord de la ville.

Si Harry, Daniel et Sam sont très soudés enfants, la famille va se dissoudre suite au départ brutal mais définitif de leur maman quand les trois garçons n'ont pas encore dix ans. Ils vont rapidement prendre leur indépendance et suivre des routes très différentes en fonction de leurs affinités et de leurs caractères : l'aîné, ambitieux et opportuniste, va gravir de manière fulgurante les échelons du quotidien Le Chronicle pour en prendre la direction très jeune, le second, intellectuel plus introverti, obtiendra une bourse pour la prestigieuse université de Cambridge ou il sera nommé professeur de Lettres et le cadet, solitaire marginal, finira homme à tout faire d'un puissant et sombre homme d'affaire dans l'immobilier.


À travers les destins croisés de ces trois jeunes hommes, Peter Ackroyd dépeint une réaliste, assez noire et foisonnante fresque de la ville de Londres, et nous décrit avec un flegmatisme tout british ses intrigues, ses jeux de pouvoir, son cynisme, dans le monde du journalisme, de la politique, de la littérature et des affaires.
Avec son écriture précise, Ackroyd parvient à rendre vivante la ville, à faire sentir les ambiances, les odeurs, les couleurs de chaque quartier. Il nous happe aussi dans une intrigue extrêmement bien ficelée où les voies de ses trois personnages centraux vont habilement se séparer avant de se recroiser plus loin.
Belle ambiance, roman passionnant !

Delphine

Rentrée littéraire - Janvier 2015

commentmafemmemarendufou verhulstAprès La merditude des choses pour lequel il a été primé et la géniale Entrée du Christ à Bruxelles, Dimitri Verhulst reprend sa plume incisive dans ce nouveau roman plutôt réussi.

Désiré, 75 ans, décide de se débarrasser une bonne fois pour toute de son épouse acariâtre et étouffante, Monik, en simulant la maladie d'Alzheimer. Petit à petit, il va réussir à convaincre sa famille qu'il perd la raison, et obtenir qu'on le place en maison de retraite pour retrouver la paix, loin de sa femme.

Comme toujours, Verhulst est redoutable de noirceur et d'acidité. Sa plume est virulente et efficace, les situations burlesques qu'il y décrit sont parfois drôles, parfois tragiques, toujours diaboliques. Car cet auteur flamand est le roi du tragi-comique et l'intelligence de ce roman est de nous montrer un homme qui en voulant tromper ses proches, finit par se perdre lui-même.

Peut-être un peu moins surprenant que ses romans précédents, ce livre se révèle malgré tout un condensé d'humour noir où l'on passe du sourire amusé aux larmes, en passant par un rire un peu jaune, et nous donne à réfléchir sur la question de la vieillesse.

Certainement, un très bon moment de lecture.

Delphine

Rentrée littéraire - janvier 2015

 

lesfriedland kehlmanComédie familiale, pleine d'ironie, regard acéré sur notre époque, sous forme de parodie.

En 1980, un père nombriliste et ses trois fils assistent au spectacle d'un hypnotiseur qui leur révèle au fil du tour ce que vont être leurs destins. Trente ans plus tard, les trois frères font le bilan de leurs vies. Martin s'est fait prêtre sans conviction. Yvan est peintre et critique d'art cynique. Eric est conseiller financier et se retrouve au chômage, viré suite à la crise de 2008.

Mensonges, méprises, angoisses et psychotropes. Un tout bon roman drôle et intelligent.

 

Véronique B.

Janvier 2015 - aussi disponible en format numérique.

lidee ridicule de ne plus jamais te revoirDans ce très beau roman, Rosa Montero mélange avec intelligence et humour les genres : notes biographiques sur Marie Curie et notes intimes très personnelles, avec comme point commun l'amour d'un homme et la perte de cet amour. 

De multiples questions surviennent et sont abordées avec finesse. Comment survivre au deuil? Qu'en est-il de la résilience? De la relation entre l'homme et la femme? Et la littérature dans tout cela?

"Les romans nous unissent au reste de l'humanité, la littérature fait de nous une partie d'un tout et, dans le tout, la douleur individuelle semble faire un peu moins mal".

Original, surprenant, à découvrir.

Véronique B.

Janvier 2015 - aussi disponible en format numérique.

americanahIfemenu est une jeune Nigériane brillante et vive qui décide, vers 20 ans, de partir en Amérique, comme bon nombre de ses compatriotes, dans l'espoir de se former et de se garantir un avenir meilleur. En partant, elle laisse derrière elle son grand amour Obinze, mais aussi une partie de son innocence de jeunesse. Ses débuts aux Etats-Unis ne sont pas simples. Elle finira pas sortir la tête de l'eau, non sans y avoir laissé quelques plumes. Une quinzaine d'années plus tard, Ifemenu décide de retourner au pays. 

Americanah est un grand roman sur l'Amérique et le rapport à la question de la race, et à l'identité. En effet, c'est en arrivant aux USA qu'Ifemenu devient "noire". Elle découvre en réalité que la couleur de sa peau va commencer à influencer l'éventail des possibles qui s'offre à elle. Elle découvre que, dans ce pays qui se proclame ouvert, le fait qu'on soit noir ou qu'on soit blanc change tout. 

Au delà de cette thématique bien présente dans le roman, c'est aussi la question de l'exil qui est explorée car on s'intéresse au départ d'Ifemenu mais à celui d'autres personnages, partis vers l'Angleterre ou les Etats-Unis comme elle. On parle aussi des retours au pays plus ou moins difficiles, de la face qu'on doit sauver.

C'est également un très beau roman d'amour, dans lequel on s'embarque sans soucis et qui se lit d'une traite avec beaucoup de plaisir. Certains passages sont peut-être un peu "bateau", mais le résultat est délicieux. D'une page à l'autre, on a les larmes aux yeux, on rit, on s'émeut des possibles retrouvailles des amants de jeunesse. On vibre avec Ifemenu.

Catherine

Hiver 2015 - disponible aussi en format numérique.

kobraRoman policier, enquête, complot économique et financier, course poursuite, Kobra a tout du bon roman d'espionnage. L'histoire commence dans une guest-house isolée en Afrique du Sud où un citoyen britannique semble se cacher... mais se cacher aux yeux de qui? Et pourquoi? Très vite, différentes pistes se dessinent, plusieurs fils s'entremêlent. En parallèle, Tyrone, simple petit pick-pocket plutôt sympathique, se retrouve au cœur d'une affaire dont il ne mesure pas tout de suite l'ampleur. 

La narration est vive et variée. D'un chapitre à l'autre, on change de rythme. D'une part, on est emporté dans une véritable course poursuite haletante où les coups de feu fusent. D'autre part, on suit l'équipe des enquêteurs dans leurs réflexions, dans les embûches qu'ils rencontrent (et pas des moindres quand l'affaire atteint les sphères de la finance) et dans les stratégies qu'ils mettent en place. Tout cela donne un très bon roman policier, bien construit, équilibré. Un rien inquiétant aussi, car à la fin, on se demande si le mobile des meurtres ne correspond pas à une réalité actuelle. 

Catherine

Octobre 2014 - disponible aussi en format numérique.

christmaspudding mitfordRétro mais délicieux, ce dessert de Noël ! Seul écrivain de sa célèbre famille, un unique fils assez calme mais six filles plus excentriques les unes que les autres, Nancy Mitford possédait l'art consommé de dénoncer un certain type de société et d'éducation, mélange d'hypocrisie et de politesses, de ridicule et de grandiose et son style si particulier décrit finalement très justement les vraies souffrances, petites et grandes, de l'existence. Ici, l'atmosphère particulière d'un Noël anglais à la campagne, guindée mais capable de folies, va révéler la profondeur inattendue de certains personnages et nous donner, mais oui, quelques leçons de vie. Drôle, ironique et même méchant mais, assurément , très digeste !

Véronique G.

Décembre 2014 - aussi disponible en format numérique.

etriendautre salterCe superbe roman d'ambiance dépeint l'Amérique des années 1940 à 1990. On côtoie la bourgeoisie, les amoureux de la littérature et les femmes. C'est magnifiquement écrit sans être pompeux. Les personnages sont attachants et pleins de finesse. Un régal !

Catherine

Rentrée littéraire - août 2014 - disponible aussi en format numérique

petittraitedesprivileges jensenOn avait adoré Imaqa et Maurice et Mahmoud, les romans joyeusement débridés de Flemming Jensen qui traitaient avec un humour tout nordique mais pas mal d'humanité du thème des différences culturelles et de l'intégration. On se délecte cette fois de ce petit traité pas comme les autres, à l'attention de tous les noctambules et autres philosophes de la nuit, qui mettent à profit ces "heures perdues" pour refaire le monde. Si ce petit livre est un exercice de style drôlement réussi, il nous donne surtout à réfléchir sur autant de sujets de fonds qu'on prend rarement le temps d'aborder, en plein jour. De l'existence de Dieu à la guerre en Irak, Flemming Jensen, romancier et humoriste danois, nous livre sa vision du monde, sans prétention, avec beaucoup de sincérité et de bonne humeur. Un petit livre tendre et drôle à offrir sans hésiter !

Delphine

ce qui reste de nos viesZeruya Shalev tisse un magnifique roman autour du thème de l'amour à travers la quête de trois personnages : Hemda, la mère, Dina, la fille et Avner, le fils. Hemda, à la fin de sa vie, alitée, repense à la dureté de son enfance au kibboutz, à la figure de son père adoré mais exigeant, à son mariage sans amour et à sa maternité problématique. Dina, prof heureuse en couple, vit mal la fin de la douce fusion avec sa fille unique, devenue adolescente et rêve d'adopter un autre enfant mais est-ce la bonne solution ? Avner, le préféré de sa mère, avocat des Bédouins et des Palestiniens, ne peut plus supporter son mariage raté et se perd dans la fascination d'un couple aimant entrevu à l'hôpital : il a vu le vrai visage de l'amour...

Dans ce livre profond, à l'écriture puissante, l'espoir arrivera comme une superbe éclaircie qui baignera ces trois personnages blessés.

Ce livre vient d'obtenir le prix Femina en novembre 2014 et on s'en réjouit, c'est bien mérité. 

Véronique G.

Rentrée littéraire - septembre 2014 - disponible aussi en format numérique

la lumiere des etoiles mortesMémoire et miroirs...

Dans un jeu subtil, l'écrivain irlandais John Banville met en scène l'un de ses doubles, Alex Cleave, comédien vieillissant de nouveau engagé sur un grand projet, qui est hanté par le souvenir de deux étoiles mortes : Mme Gray, mère de son meilleur ami mais surtout son premier (et unique ?) amour à 15 ans, et sa fille Cass, qui s'est suicidée il y a 10 ans. Pour Alex, la douleur de la perte s'adoucit grâce à ses souvenirs, qu'il ressasse, et à son nouveau rôle au cinéma où il joue un imposteur (encore un double !) face à une jeune actrice célèbre dont l'extrême fragilité lui rappelle celle de sa fille. Bouleversé, il avance doucement dans la compréhension des autres mais surtout de lui-même...

Mêlant sensualité et poésie, l'écriture de Banville sert ce bel hommage à la mémoire des êtres aimés.

Véronique G

Rentrée littéraire - octobre 2014 - disponible aussi en format numérique