Librairie Papyrus

"A travers les feuilles d'un bon livre, on pourra entendre un écho qui ressemble au bruit des forêts." Henry David Thoreau

   

En attendant Bojangles, Olivier Bourdeaut, Folio

enattendantbojangles bourdeautUne histoire d'amour fou où le quotidien est sublimé par mille poésies fantaisistes, mille aventures imaginaires, le tout arrosé de cocktails enivrants ! Une danse effrénée à la vie, entre tristesse et sensualité, au rythme du "Mr Bojangles" de Nina Simone. Un premier roman captivant et tourbillonnant, qui rappelle que la folie n'est pas l'apanage des seuls "désaxés" et que l'amour permet tout !

Catherine D. 

Paru en janvier 2016 chez Finitude, le roman est paru au format poche chez Folio en mai 2017. Existe aussi au format numérique

 

Manhattan People, Christopher Bollen, Points

manhattanpeople bollen pocheJoseph est acteur, surtout dans des pubs pour du dentifrice. Del (Delphine) est biologiste, spécialiste des reptiles et travaille au zoo en attendant d'obtenir sa Green Card. William est le meilleur ami de Joseph, acteur lui aussi, mais moins talentueux et donc jaloux de celui-ci. Madi est la meilleure amie de Del et aussi la soeur d'un de ses ex. Tout ce petit monde évolue tant bien que mal dans le milieu assoiffé, arty et défoncé de New-York, et la rencontre entre Madi et William va entraîner le lecteur dans une toile poisseuse dont il ressortira chancelant et k.o. Brillant!

Catherine D.

Traduit de l'anglais (États-Unis) par Nathalie Peronny. Paru en janvier 2016 chez Calmann-Levy, le roman est paru au format poche chez Points en mars 2017. Existe aussi en format numérique.

 

Les yeux fardés, Lluis Llach, Babel

lesyeuxfardes llach babel"La petite histoire des personnages de ce livre passe par la grande histoire des faits qui ont ébranlé les fondations de la société catalane et même au-delà".

Ils sont quatre enfants, ballottés par la vie, deux garçons, Germinal et David et deux filles, Mireia et Joana. C'est Germinal, alors âgé de 80 ans passé, qui nous conte ce récit. Dans la Barceloneta des années 20, la "bande des quatre", amis inséparables, jouit d'un bonheur sans nuages. Issus de milieux modestes, ils grandissent dans un monde coloré, solidaire. Leurs jeux et leurs secrets se partagent à l'ombre de la "Sarita", une felouque, le plus beau des gréements de la plage. Les hommes, pour la plupart, travaillent au port. Les femmes arrondissent les fins de mois de la famille avec divers travaux, couture, vente de poissons, et même pour les plus téméraires, livraison de marchandises en contrebande. C'est à cette époque que les garçons fréquentent "L'Ecole de la mer", une école progressiste dont la devise est "apprendre à penser, à ressentir, à aimer", un lieu qui façonnera leur esprit à tout jamais. A l'adolescence, à l'époque où l'enfant se mue en homme, ils reçoivent une autre éducation au café "La Dorita" avec les "doritas". C'est aussi le temps où Germinal découvre son homosexualité et son amour pour David, "l'Ami Aimé". Pour parfaire leur instruction, ou lorsqu'une question difficile se présente,  les quatre se rendent au "Crépuscule du capitalisme", une librairie résistante, tenue par un vieux sage, Ramon Romanguer.

Mais dès les années 30, l'histoire, la grande, celle qui va détruire ce monde chatoyant, cette harmonie, gronde en Espagne et en Europe. En 1933, la droite espagnole renverse la République. En 1936, les républicains gagnent les élections, mais c'est sans compter sur la montée des idées fascistes. La même année, le Coup d'Etat mène au pouvoir les généraux, dont Franco, avec l'appui de l'église catholique. Ainsi débute la guerre civile. Josep, le père de Germinal, homme progressiste, féministe, poète à ses heures, est un syndicaliste actif du mouvement ouvrier anarchiste. Comme ses frères de combat, sa lutte pour la liberté et la révolution est l'engagement de toute une vie. La misère à laquelle sont réduites les familles, la lutte révolutionnaire de leurs parents ouvriers et les répressions brutales signent, pour la petite bande, la fin de l'innocence. Les événements de la deuxième guerre mondiale s'enchaînent inexorablement, Hitler envahit la Pologne..." c'est "l'échec de cette Europe "démocratique" qui, à peine quelques mois plus tôt, nous avait laissé crever à petit feu sous la botte qui se levait pour l'écraser à son tour..."

Lluis Llach est un chanteur catalan qui a mené sa lutte politique à travers la chanson. Exilé à Paris, sous Franco, il revient à Barcelone à la mort de ce dernier. Il est l'auteur de 'L'Estaca", l'hymne de toutes les revendications catalanes durant la dictature.

Il signe avec Les yeux fardés un magnifique roman qui allie poésie, tendresse envers ses personnages et hommage à l'esprit de résistance, écrit dans une très belle écriture.

Véronique B.

Paru chez Actes Sud en octobre 2015, le roman est paru au format poche chez Babel en mai 2017. Existe aussi au format numérique.

 

 

Ah ! Ça ira..., Denis Lachaud, Babel

ahcaira lachaud babelNous sommes en 2037, Antoine sort de prison après 20 ans de détention et foule à nouveau les trottoirs de Paris. Ancien révolutionnaire criminel, il va redécouvrir le monde tel qu’il est devenu : pas si différent de celui que nous connaissons aujourd’hui, un peu plus technologique, un peu plus violent surtout. Après 20 ans d’isolement, il va aussi  apprendre à renouer des relations humaines : avec des voisins de la cité Molière, avec ses nouveaux collègues, avec sa fille, qui semble elle aussi portée par sa volonté de changer le monde, radicalement. Mais de manière plus pacifiste que son père à l’époque…

Dans ce récit d’anticipation habilement mené, Denis Lachaud nous interpelle sur notre société, et ses possibles dérives futures. Inspiré de l’actualité brûlante du moment, l’affaiblissement de l’Europe, l’endettement de la Grèce ou de l’Espagne, l’augmentation de l’immigration et le manque criant de place pour les migrants, les mouvements révolutionnaires populaires qui se soulèvent un peu partout, ce futur qu’il nous décrit nous paraît crédible, et nous fait sans doute un peu peur par sa radicalisation. Mais Denis Lachaud trouve un ton juste et sincère qui n’est ni moralisateur, ni culpabilisant, mais plutôt volontairement utopiste, fantaisiste, parfois drôle, un ton percutant qui fait mouche.

Un roman qui donne à penser, sans se prendre trop la tête. Qui donne à rêver surtout à un autre monde. Et rien que pour ça, sa lecture en vaut le détour.

Delphine

Paru en août 2015 chez Actes Sud, le roman est sorti en édition poche chez Babel en avril 2017. Aussi disponible au format numérique.

 

D'ailleurs les poissons n'ont pas de pieds, Jon Kalman Stefansson, Folio

dailleurslespoissons stefansonAri est le personnage principal du roman, dont la vie nous est racontée par son meilleur ami d'enfance. Ari revient à Keflavik, une terre âpre, en Islande, de 10 000 âmes, d'où il est parti depuis deux ans, fuyant une rupture amoureuse et bien des souvenirs, et toujours la douleur de la perte de sa mère, décédée alors qu'il était tout jeune. "On peine à respirer dans les petites sociétés, le manque d'air est suffocant, je m'en vais avant d'étouffer" écrit-il à son ami et confident de toujours.

Dans cette chronique familiale, Jon Kalman Stefansson construit son récit en trois temps : l'histoire d'Oddur, le grand-père, pêcheur renommé qu'Ari n'a pas vraiment connu mais dont il a si souvent entendu parler et de sa grand-mère Margret, Ari, jeune garçon et son père Jakob, avec lequel les mots sont si difficiles à partager, et Ari, de retour aujourd'hui, à la recherche de ses souvenirs sur la terre aride de Keflavik. Jon Kalman Stefansson alterne les époques avec virtuosité.

Poète, avec une tendresse pour ses personnages et son pays natal qu'est l'Islande, Stefansson émeut, nous parle de la vie, de la mort, de nos erreurs... avec intelligence, 

Assurément un beau et grand livre.

Véronique B.

Paru en août 2015 chez Gallimard, ce roman est paru en poche en février 2017 chez Folio. Le roman est aussi disponible au format numérique.  

 

Otages intimes, Jeanne Benameur, Babel

otagesintimes benameurEtienne est photographe de guerre. Il a passé plusieurs mois enfermé, pris en otage dans un pays en conflit. Otages intimes, c'est l'histoire de son retour à la vie libre, retour qui ne coule pas de source et s'accompagnera d'autres douloureuses ou heureuses libérations. Car c'est peut-être le principal sujet de ce roman beau et touchant qui porte si bien son titre: les délivrances intérieures des autres personnages répondent à celles d'Etienne et en refermant le livre, le lecteur lui-même a l'impression d'avoir dénoué certains de ses liens. Otages intimes, c'est aussi une plongée dans la nature, une belle méditation sur l'enfance et un portrait de mère qui ne laissera pas indifférent... Si vous avez aimé Profanes, vous retrouverez avec bonheur l'écriture fine et sensible de Jeanne Benameur pour un livre qui, tant par le choix du sujet que par son traitement, égale largement le précédent.

Natacha

Paru chez Actes Sud en août 2015, ce roman est paru en édition poche chez Babel en mai 2017. Existe en format numérique.

 

Une bouffée d'air pur, Amulya Malladi, Mercure de France

unebouffeedairpur 2017Anjali, jeune épouse d'un mari volage et inconséquent, va subir intimement et socialement les conséquences terribles de l'explosion d'une usine de gaz à Bhopal en Inde, alors qu'elle attendait son mari qui n'est jamais venu la rechercher à la gare... Elevée dans la tradition, elle réalisera son rêve de jeune fille en obtenant un mariage fastueux, avant de devoir s'émanciper et briser les tabous de la société indienne pour faire face à la tragédie qui la frappe et s'élever contre sa culture, sa famille et ses propres croyances. Elle divorcera, déménagera loin des siens, reprendra des études supérieures durant lesquelles elle rencontrera un homme qu'elle aime et qui l'aime. Ils se marieront, elle deviendra enseignante et élèvera leur fils, lourdement handicapé à cause des gaz qu'elle a inhalés des années auparavant, lors de cette funeste nuit...

Voici un très beau premier roman d'une auteure indienne exilée aux Etats-Unis et qui vit maintenant au Danemark, basé sur un fait réel ayant marqué l'histoire de l'Inde, un des plus graves accidents chimiques du 20ème siècle.

Catherine D.

Paru en janvier 2017, existe aussi en format numérique.

 

Gérard, cinq années dans les pattes de Depardieu, Mathieu Sapin, Dargaud

gerard sapinDécrire cinq années de la vie de ce monstre sacré du cinéma français qu'est Gérard Depardieu était un projet ambitieux. Mais Mathieu Sapin n'a vraisemblablement pas froid aux yeux car il s'est lancé dans l'aventure avec enthousiasme et a passé beaucoup de son temps à suivre le comédien sur ses tournages, entre 2012 et 2016. Une expérience sans doute pas de tout repos... Carnet de croquis à la main, il l'a accompagné à travers le monde et a croqué son quotidien avec humour mais aussi pas mal de respect pour l'homme. Il faut dire que dans cet album de BD-reportage, on découvre un Gérard Depardieu sans doute plus vrai que nature, un homme au caractère entier, à la fois insupportable et attachant, qui semble dévorer la vie à pleines dents. Si Mathieu Sapin est resté dans l'ombre du comédien, il n'en a pas moins partagé certaines aventures, formant parfois un duo improbable mais touchant avec Gérard Depardieu : gentil petit Sapin et grand méchant Depardieu. On ne peut que savourer certaines scènes décrites dans l'album, notamment celle où Mathieu Sapin accompagne Gérard et son équipe dans le sauna brûlant d'un haut gradé russe, épreuve d'autant plus éprouvante qu'ils avaient dû accepter "quelques" vodkas pour faire honneur à leur hôte avant de rejoindre le sauna...

Bref, le récit est rythmé et vraiment détonnant par moment, mais on sent que les liens tissés entre les deux hommes au fil de ces cinq années sont sincères et respectueux. 

Un roman graphique étonnant à découvrir sans hésiter, qu'on aime ou pas le grand Gérard Depardieu ! Réjouissant !

Delphine

Paru en mars 2017.

 

 

Isadora, Julie Birmant et Clément Oubrerie, Dargaud

isadora birmantIsadora Duncan, figure mythique de la danse du début du XXe siècle, prend vie dans cette bande dessinée passionnante. Le lecteur est happé par ce récit virevoltant, assez virtuose, qui traverse les décennies et les continents, sur les traces de cette Isadora, terriblement libre et attachante. On découvre des décors vivants des grandes villes au début du XXe siècle (Paris, Londres, Berlin, Moscou, New York...), des personnages qui ont marqué l'histoire de l'art (comme ce Rodin par exemple dont le travail subjugua Isadora). La vie tumultueuse de la danseuse est captivante, on sent qu'Isadora est portée par un élan, une fougue, une envie de vivre qui fait peu de cas des qu'en-dira-t-on : elle dansait presque nue sur toutes les grandes scènes, improvisant des danses très spontanées, presque mystiques, proches de l'esprit de l'Antiquité. Une liberté d'expression qui lui valut la gloire et la notoriété mais qui faisait aussi crier au scandale. Cette même liberté marqua sa vie amoureuse, ses relations avec sa famille, son rapport au monde et à la vie. Car Isadora Duncan était une femme forte et indépendante, jusqu'à la fin de sa vie, qui se clôt de manière tragique. 

Le duo formé par Julie Birmant au scénario et Clément Oubrerie au dessin n'en est pas à son coup d'essai, puisqu'ils avaient déjà signé ensemble la tétralogie "Pablo", consacrée à Pablo Picasso. Ils se sont attaqués cette fois, et avec le même talent, à une autre légende, et à une personnalité solaire qui ne laisse personne indifférent. Le scénario est bien ficelé, la narration enlevée, le dessin très expressif. Bref, une belle réussite ! 

Delphine

Paru en avril 2017.

 

L'intérêt de l'enfant, Ian McEwan, Folio

linteretdelenfant mcewanUn roman étourdissant qui suit au plus près les pensées de Fiona Maye, juge respectée aux affaires familiales. L'intérêt de l'enfant est une notion qu'elle maîtrise parfaitement, délicatement, sereinement,

Face au cas d'Adam, dont la leucémie nécessite une transfusion interdite par la religion de ses parents, témoins de Jéhovah, elle va, bien sûr, faire son métier au mieux mais est-ce que ce sera suffisant, dans l'intérêt de l'enfant ?

Véronique G.

Paru chez Gallimard en octobre 2015, le livre est passé en poche en avril 2017 - également disponible en format numérique.

 

Un été à Bluepoint, Stuart Nadler, Le Livre de poche

uneteabluepoint nadler pocheAu commencement de cette histoire : une famille américaine traditionnelle, une maison de banlieue, un gamin joueur de base-ball. Le père, Arthur Wise, est un avocat ambitieux.

La réussite de ce dernier va conduire la famille au Cape Cod dans une superbe maison où l'argent coule à flots, où la mère, de simple ménagère, devient une femme au consumérisme frénétique.

Hilly, le fils, fil rouge de ce roman en trois temps, raconte son adolescence à Bluepoint (Cape Cod), l'été où il tombe amoureux fou de Savannah, jeune noire et nièce du boy de la famille, Lem Dawson. Un amour interdit dans ce pays où la ségrégation persiste.

Hilly devient journaliste puis père de quatre filles. Toute sa vie, il sera hanté par cet amour de jeunesse et rongé de culpabilité par la mort de Lem, le boy de couleur. Il n'aura de cesse de retrouver Savannah. C'est un homme tourmenté par la fortune de son père, fortune qu'il n'acceptera que bien plus tard et qu'il gérera à sa manière.

Mais la culpabilité et les bonnes intentions peuvent-elles racheter le passé ?

Un premier roman américain ambitieux et réussi.

Véronique B

Paru en février 2015 chez Albin Michel, ce livre est passé en poche en avril 2017 - existe aussi en format numérique

 

Les échoués, Pascal Manoukian, Points

echoues manoukian pocheVoici un magnifique premier roman, d'une force et d'une douceur incroyables, qui nous entraîne au cœur de l'humain.

Virgil, Chancal, Assan, Iman fuient la guerre, la violence, la misère... Tantôt brutalement, parfois délicatement, on découvre leurs histoires sous la plume de Pascal Manoukian, ça retourne les tripes, ça secoue, ça perturbe nos univers douillets.

Au fil du livre, le quotidien dur et cruel des réfugiés et migrants en Europe est décrit. Une terrible scène nous amène sur un parking, à la fine pointe de l'aube, dans la banlieue parisienne. Les camionnettes passent chercher la main d’œuvre nécessaire pour la journée, on négocie (ou pas) les prix, les tâches, les conditions de travail. Si on est seul, non intégré dans une communauté, un réseau, c'est l'exploitation assurée...

Ce premier roman nous a particulièrement touchées. Le texte bien construit nous entraîne au cœur des vies de chacun de personnages. L'auteur dépeint une réalité amère et âpre mais il nous montre aussi que des petits gestes, des rencontres, peuvent changer la destinée. Une texte à découvrir sans hésiter, tant pour son contenu (malheureusement terriblement actuel) que pour la plume de l'auteur qui tient son lecteur en haleine tout au long du roman. 

Catherine

Paru chez Don Quichotte en 2015, ce livre est passé en poche en janvier 2017. Existe aussi au format numérique

 

44 après Ronny, Michaël Olbrechts, Glénat

44ansapresronny olbrechtsMichaël Olbrechts nous plonge, le temps d'un week-end, dans l'intimité d'une famille comme les autres, réunie autour de Pépé Louis. Son épouse a en effet décidé de rassembler tous ses proches pour "fêter" le dernier jour de Louis à la maison, avant qu'il ne parte en maison de repos. Car depuis sa crise d'apoplexie quelques mois plus tôt, l'octogénaire n'est plus que l'ombre de lui-même et son épouse a dû se résigner à le placer. Mais la réunion de famille s'avérera plus tumultueuse que prévu, et fera resurgir de vieilles tensions... Mais aussi de vieux souvenirs empreints de nostalgie.

Caustique chronique sociale relevée par un dessin presque caricatural, ce roman graphique décrit aussi très justement les relations entre les personnages, les émotions sous-jacentes et dépeint avec tendresse l'histoire de cette famille, depuis 44 ans, jusqu'à l'évocation de cet énigmatique Ronny... Le dessin restitue aussi avec un certain charme les ambiances de ce petit village de province sous la chaleur estivale. Voici un album doux-amer qui se lit avec plaisir.

Delphine

Paru en mars 2017.

 

 

 

Révolution fermentation – Kombucha, kéfir, miso… 70 recettes à votre portée, Sébastien Bureau et David Côté, Les éditions de L’Homme

rvolutionfermentationDécalé et saupoudré de touches d’humour, ce nouveau livre consacré à la fermentation se veut accessible au plus grand nombre, malgré sa technicité. Avec David et Seb, vous saurez tout sur les principes et bienfaits de la fermentation, tandis que votre garde-manger va progressivement accueillir de jolis et goûteux bocaux colorés ! 70 recettes pour apprendre à faire du kimchi, des citrons confits, du kéfir d’eau, du kombucha, de la bière, etc., et enfin, à intégrer toutes ces préparations dans des plats qui vont se transformer en moments de dégustation savoureux et inoubliables !! Pour chaque préparation, le niveau de difficulté, le type et le temps de fermentation ainsi que l’équipement nécessaire sont indiqués, le tout de façon ludique et richement illustrée !

Catherine D.

 

Eric Fréchon, photographies de Benoît Linero, Solar

ericfrchonOn ne présente plus Eric Fréchon, chef triplement étoilé, Meilleur Ouvrier de France (1993) et Chevalier de la Légion d’Honneur (2008)! Celui-ci nous livre ici son « livre manifeste », illustré des superbes photographies de Benoit Linero, dont l’entrée en matière est constituée de son « Cadre de création » rédigé à la veille d’obtenir sa troisième étoile. C’est pour lui l’assurance de garder son intégrité à l’aide de 13 principes qui touchent aussi bien à l’inspiration, la technique, le choix des produits, le confort du client… Cette autodiscipline qui se joue des codes se retrouve dans les recettes proposées ici, toutes empreintes de précision et de technique, pour le plus grand plaisir des saveurs ainsi sublimées : l’incontournable Macaronis farcis de truffe noire, artichaut et foie gras de canard, gratinés au vieux parmesan ; Canard sauvage rôti aux figues et dragées, purée d’oignons à la verveine, cuisse confite ou encore Pépites des tropiques, noix de pécan caramélisées, crème glacée à la vanille, jus de passiflore au poivre. Un très beau livre !

Catherine D.

 

Naturalista – 100 produits alternatifs et 150 recettes associées pour se nourrir autrement, Stéphanie de Turcheim et Clémence Roquefort, Hachette

naturalistahachettecuisineVoici un ouvrage qui intéressera tous ceux qui souhaitent tenter l’aventure d’une transition de leurs habitudes alimentaires vers une alimentation plus saine et plus naturelle, que ce soit pour des raisons écologiques, éthiques ou de bien-être. Sans pour autant se passer totalement de viande, les auteurs établissent la liste des principaux produits utilisés dans les régimes végétarien, végétalien ou encore sans gluten, tout en étant attentif à la production locale, bio et de saison ! En plus de proposer 150 recettes réparties en 6 catégories (petit-déjeuner, apéro, salades et soupes, plats, desserts, goûters), les auteures s’emploient à détailler les bienfaits nutritionnels et les conditions d’utilisation de chaque produit alternatif, comme les substituts de la viande, les laits et crèmes végétaux, les pâtes sans gluten, les sucres naturels, les graines, les super-aliments, etc. Alternatif et séduisant !

Catherine D.

        

 

Promenons-nous dans les bois, Bill Bryson, Payot

altBill Bryson, l'érudit aventurier du quotidien, nous avait déjà régalés avec "Une histoire du monde sans sortir de chez moi" (aussi édité en poche dans la géniale Petite Bibliothèque Payot), où l'on faisait à la fois le tour de son presbytère anglais et de l'histoire des objets qui s'y trouvent.

Revenu en Amérique, Bryson décide de se lancer à l'assaut de l'Appalachian Trail, le plus long sentier de randonnée des États-Unis, qui relie le Maine à la Géorgie. Randonneur novice mais optimiste, il arpentera en compagnie d'un vieil ami (pas vraiment en meilleure forme physique) des centaines de kilomètres à travers monts et vallées, montagnes et forêts. Entre les considérations propres à la marche, au camping et à l'effort, Bryson nous instruit sur les politiques écologiques américaines, sur la création des sentiers de randonnées et des parcs nationaux.

Comme d'habitude, on rit beaucoup, et en plus on apprend plein des choses!

Hélène

 

Paru chez Payot en 2012, ce livre est passé en poche en mai 2013. Existe aussi au format numérique.

 

A la mesure de l'univers, Jon Kalman, Stefansson, Gallimard

alamesure de luniversDeuxième volet d'une trilogie, faisant suite à "Pourquoi les poissons n'ont pas de pied", "A la mesure de l'univers" est un magnifique roman qui nous transporte en Islande. On voyage dans trois époques, les années 30 où la pêche semble organiser toute la vie de l'île, les années d'après-guerre avec la présence de l'armée américaine par la biais d'une importante base militaire qui pèse sur tout le pays, et l'époque actuelle où l'on retrouve notamment certains personnages qui se sont "échappés" de l'île pour vivre une vie loin de la pêche et du microcosme islandais. On sent que ce pays, où les étés sont clairs et les hivers une sorte de longue pénombre, est particulier de par sa position géographique, de par son histoire, de par sa proximité avec un océan tout à la fois paisible et déchaîné. 

Rempli de poésie, d'émotions, ce livre est un non seulement une magnifique histoire de famille et de transmission mais aussi une ode à la littérature tant la langue utilisée est belle, juste. On ne compte plus les phrases qu'on a envie d'épingler au cours de la lecture. 

Cette lecture est une des plus belles que j'ai faites cette année et je suis rentrée sans problème dans le roman bien que je n'ai pas lu le premier volet de cette histoire (qui est, cela dit, magnifique aussi parait-il, et disponible en poche chez Folio). 

Voici un auteur à découvrir sans hésiter. 

Catherine M

Paru en avril 2017, traduit de l'islandais par Eric Boury. Existe aussi en format numérique.

 

La femme tombée du ciel, Thomas King, Philippe Rey

lafemmetombee kingThomas King est un auteur d'origine amérindienne, devenu, au fil de ses écrits et des récompenses qu'il a reçues au long de sa carrière littéraire, une figure marquante et un porte-parole important des peuples autochtones du Canada. Il signe ici un texte engagé, puissant, dénonce avec férocité le cynisme des multinationales qui poursuivent leurs intérêts financiers au détriment de toute éthique environnementale, indifférentes au respect des peuples et des êtres humains. 
 
Gabriel, ingénieur dans l'entreprise pétrolière Domidion, a mis au point la formule d'un défoliant hyper puissant qui, utilisé à trop fortes doses, a détruit toute forme de vie sur les côtes de Colombie-britannique et dévasté une réserve indienne. Rongé par les remords, il décide de se rendre sur les lieux qui ne se révéleront pas si étrangers à son histoire personnelle. Il y croisera la route de personnages attachants : Crisp, un homme jovial soucieux de son entourage, Sonny, un enfant perturbé à la fragilité désarçonnante, Mara, une jeune artiste indienne troublante, tous mus par le désir de rester liés à ces terres qui leur sont chères. Dorian, PDG de ladite multinationale Domidion, nous est décrit comme un homme d'affaires narcissique et aveuglé par l'argent, mais sous le vernis, on découvre aussi ses failles.
 
Le lecteur est happé par ce récit choral, se met tour à tour dans la tête de chacun de ces personnages et en appréhende leurs points de vue très différents. Il se passionne pour les émotions de chacun d'eux et se met à rêver à une issue heureuse... La région parviendra-t-elle à se relever de la catastrophe écologique ? La nature et la vie reprendront-t-elles leurs droits ? Et surtout, arriveront-ils, tous, à retrouver une forme de paix intérieure ?
 
Thomas King nous livre ici un récit intelligent, à la langue âpre et poétique, non dénué d'humour malgré la gravité du propos. Il tisse des liens entre les contes de la tradition orale amérindienne ("La femme tombée du ciel" est tiré d'un conte sur les origines du monde) et son récit, ancré dans un monde contemporain bien réel... Un singulier mélange qui fait de ce roman un texte assez unique, pour le moins interpellant. 
A découvrir.
 
Delphine 
 
Paru en avril 2017. Traduit de l'anglais (Canada) par Caroline Lavoie. Existe aussi en format numérique
 

Attachement féroce, Vivian Gornick, Rivages

gornickattachementferoceLe titre de ce roman lui va comme un gant et rend bien compte du talent de Gornick à dresser le portrait de sa mère et d'elle-même, prises dans une relation qui les enserre l'une et l'autre dans une toile d'araignée passionnée. Vivian Gornick est journaliste et essayiste, elle évoque sa propre histoire dans ce livre et cela se passe à New York, notamment dans le Bronx où les Juifs, les Irlandais, les Italiens se côtoient au sein des mêmes immeubles et quartiers.

Enfant et adolescente, Vivian est entourée de femmes au milieu desquelles sa mère tient les rênes, bien campée sur un mélange de convictions communistes et d'échappatoire romantique, puis bientôt veuve et entoilée dans son deuil. Mais il y a aussi Nettie, séductrice et sensuelle, Mrs. Kerner qui a perdu les pédales et bien d'autres qui jalonnent le parcours de la jeune fille et qu'elle observe avec une acuité merveilleuse.

Attachement féroce fait partie des romans qui aident à vivre en mettant des mots d'une grande justesse et d'une grande beauté sur nos labyrinthes parfois obscurs. Il est aussi jubilatoire dans son humour mordant !

Ce livre est paru en 1987 aux États-Unis et ceci est sa première traduction en français.

Natacha

Paru en janvier 2017. Traduit de l'anglais (États-Unis) par Laetitia Devaux. Existe aussi en format numérique.

 

 

Il faut tuer TINA, Olivier Bonfond, Le Cerisier

tina-couv-mini"Partout dans le monde, des hommes et des femmes refusent la logique capitaliste et combattent les injustices. Certains de ces combats mènent à des victoires… Non seulement les alternatives existent, mais elles sont innombrables. Beaucoup sont simples, cohérentes, et pourraient être mises en œuvre dès aujourd’hui avec un peu de volonté politique."

Olivier Bonfond fait partie de ces gens que l'état du monde, (de la société, de la planète), ne décourage pas. Parce que, écrit-il, les solutions existent : il en énumère deux cents, certaines d'entre elles étant déjà mises en œuvre un peu partout. Pourquoi tuer TINA, « There is no alternative », l'expression fameuse de Margaret Thatcher ? Parce que cette affirmation est parfaitement mensongère, même si la propagande de nombreux « experts » prétend le contraire.

Il existe au moins trois bonnes raisons de lire ce livre : D'abord, on peut l'ouvrir à n'importe quelle page, (faites l'expérience!), on y trouve au moins une bonne idée et deux précieuses informations ; ou l'inverse. Ensuite, il (ré)concilie les amoureux du film « Demain » et les partisans du « Grand Soir », (un exercice un peu acrobatique) : le lien entre les deux démarches étant la mobilisation citoyenne. Enfin, et bien que l'auteur s'en défende, ses deux cents propositions pourraient être le programme d'un gouvernement d'unité populaire : un Podemos à la française ou à la belge, l'alternative plutôt que l'alternance. (1)

Mais Il faut tuer TINA n'est pas un énième livre d'imprécations : il ne s'attaque pas à des personnes (à l'exception de Barroso. On admettra qu'il y a de quoi…), mais à des structures, à des mécanismes d'exploitation ou d'oppression. En outre, il alterne – et c'est presque une méthode – les dénonciations (de situations inacceptables) et les motifs de se réjouir (de petites ou de grandes victoires). Quelques exemples : La multinationale Monsanto obtient l'interdiction légale, pour les paysans, d'utiliser, selon une pratique millénaire, leurs propres semences. En revanche, la Bolivie expulse du pays, après leurs multiples abus, les géants Coca-Cola et MacDo. Ou bien : la bataille de l'eau. L'accès à l'eau pour tous est de plus en plus compromis par les privatisations du secteur. Pourtant, en 2011, suite à une mobilisation citoyenne exceptionnelle et à un vrai débat démocratique, l'Italie, par referendum, vote à 95 % contre la marchandisation de l'eau. Ou encore : partout, la publicité envahit l'espace public, les médias – ces armes de distraction massive, comme dit joliment l'auteur – vendent à leurs annonceurs du temps de cerveau disponible. On estime à 500 milliards de dollars l'ensemble du budget de la publicité dans le monde ! Mais la Ville de Grenoble décide, en 2014, de bannir la publicité de ses rues, en décidant de ne pas renouveler le contrat qui la liait au groupe Decaux, qui y avait placé plus de 300 panneaux.

Certaines informations susciteront l'indignation, comme cet argument cynique du lobby du tabac qui souligne , auprès des pouvoirs publics, l'impact positif sur les finances publics de la mortalité due au tabac. (Un mort ne perçoit plus de pension!) D'autres passages provoqueront l'hilarité. En novembre 2009, la Banque mondiale décide de financer un projet au Pérou pour retarder la fonte des glaces : il s'agit de repeindre en blanc les parties brunes du glacier andin, qui absorbent plus de chaleur. Capitalisme vert … ou blanc , sauvons le climat à coups de pinceau !

Un mot, encore, sur le chapitre consacré au problème de la dette. On se rappellera qu'Olivier Bonfond s'était déjà fait connaître, en 2012 , par un livre qui examinait la légitimité de la dette publique (2). Il a également participé, à Athènes, au travail de la Commission pour la Vérité sur la dette grecque, (travail hélas enterré par Alexis Tsipras). C'est donc en connaissance de cause qu'il étudie ici les dettes publiques du Mexique comme de la Russie, de l'Argentine comme de l’Équateur, ou de ... l'Allemagne, avec les solutions différentes, souvent surprenantes, qui y ont été apportées.

Refuser de payer la dette, souligne-t-il, c'est obliger les créanciers à « sortir du bois ». Les identifier permet de les traiter différemment : un petit épargnant, une banque, une multinationale de l'assurance, ce n'est pas pareil.

Il faudrait encore mentionner les chapitres consacrés aux médias, au féminisme, aux institutions internationales, à l'agroécologie, mais puisqu'il est impossible de résumer en quelques lignes un livre aussi dense, concluons par deux réflexions.

Ce livre ne se fixe pas naïvement comme objectif d'établir le paradis sur terre. Mais, en même temps, il propose d'éviter de se limiter à des changements à la marge, qui laisseraient le système intact. Il ne s'agit pas d'être des activistes marginaux qui, de temps en temps, « font le buzz », mais de transformer un bloc social en force politique.

D'autre part, nous ne sommes pas dans un catalogue de lamentations. Au contraire, l'auteur parvient à nous convaincre que s'engager pour changer le monde ne rend ni triste, ni malheureux. La lutte est, au contraire, un facteur de joie et d'émancipation personnelles.

C'est sans doute la raison pour laquelle le site qu'Olivier Bonfond anime s'appelle « Bonnes nouvelles ».

Michel Brouyaux, ancien libraire, toujours passionné.

(1) On peut aussi, bien entendu, utiliser le livre en allant directement au sujet qui nous motive le plus : rôle de la finance ? Démocratie ? Féminisme ? Migrations ? (se reporter à la table des matières)

(2) Et si on arrêtait de payer ? Olivier Bonfond. Editions Aden, 2012.

 

Dans l'ombre, Arnaldur Indridason, Métailié

dans-l-ombreAvec ce très bon premier tome de sa nouvelle trilogie, Arnaldur Indridason nous plonge dans une période trouble de l'Histoire de son Islande natale, l'occupation anglaise et américaine au début de la deuxième guerre mondiale. Un représentant commercial, Eyvindur, est retrouvé mort au domicile d'un autre représentant, Félix Lunden, tué d'une balle provenant d'un Colt américain et marqué d'une croix gammée sur le front avec son propre sang. C'est le début d'une enquête menée par Flovent issu de la police criminelle islandaise, secondé de Thorson, Canadien né de parents islandais et donc parfait bilingue, désigné par l'état major américain qui ne croit pas en la capacité des Islandais à résoudre cette affaire... Tour à tour, nous allons les accompagner dans la compréhension de la personnalité de la victime, ainsi que de ses proches, pour en arriver à l'intérêt que les Nazis portaient à la race nordique des Islandais et du coup, à leurs recherches anthropologiques et génétiques pour retrouver cette "race restée pure depuis les Vikings", le tout mâtiné d'espionnage et de contre-espionnage... Plus qu'un excellent roman policier, il s'agit également ici de l'exploration sociale et historique du contexte particulier de cette époque, la "Situation", qui a amené nombre de jeunes femmes à rencontrer et séduire les soldats étrangers en espérant ainsi échapper à leur destin souvent pauvre et rural. 

La force d'Indridason est de retranscrire avec force et sensibilité tout ce contexte historique méconnu dans nos contrées, tandis que nous nous attachons progressivement aux personnages des deux enquêteurs, inexpérimentés mais volontaires à la recherche de la vérité. Un très bon polar, au rythme plus lent, mais à l'atmosphère dense et palpitante! On attend avec impatience le tome 2, dont le premier chapitre clôt l'ouvrage. 

Catherine D. 

Paru en février 2017. Existe aussi en format numérique.

 

Prendre les loups pour des chiens, Hervé Le Corre, Rivages

le correHervé Le Corre n’a pas son pareil pour nous plonger dans des univers sordides, où chaque personnage tient le cap de sa vie comme il peut, toujours à la limite d’une rupture… Roman noir, un peu social, à l’écriture tranchante et juste. Coincé dans une maison perdue de la campagne girondine, Franck, qui vient de sortir de prison, attend le retour de son frère, Fabien, parti conclure une affaire en Espagne. Entouré de sa belle-famille qui l'a recueilli, Franck ne sait comment tuer le temps autrement qu'en voulant séduire Jessica, copine de Fabien, lunatique, névrosée et toxicomane à temps partiel, ainsi qu'en participant aux petites combines de ses beaux-parents qui permettent à tout ce petit monde de vivoter. On en sait ni trop ni trop peu, juste ce qu’il faut pour avoir envie de percer les zones d’ombres dont sont entourés les protagonistes et que cesse enfin cette chaleur accablante, cette tension pesante. Frank va replonger et les évènements vont le dépasser. Lu d’une traite !

Gregory R.

Paru en janvier 2017. Existe aussi en format numérique.

 

Huis-clos avec Bachar-Al-Assad, Merwann Abboud-Wazir, ErickBonnier

huisclosavecbacharNous sommes en 2018, Bachar-Al-Assad est arrêté et va être jugé pour crime. Dans ce livre, l'auteur imagine la discussion que pourrait avoir Bachar-Al-Assad avec son avocat en vue de préparer sa défense. Est-il un monstre ? Est-il violent, sanguinaire, calculateur ? Comment peut-on comprendre cet homme qui ne désirait pas gouverner ?

Bien qu'on soit dans une fiction, l'ouvrage est fortement documenté et nous permet de découvrir la vie des Al-Assad. Le narrateur revient sur l'histoire du père de Bachar, sur la manière dont il a pris le pouvoir et gouverné, sur les relations de la Syrie avec les autres pays du Moyen-Orient depuis une demi-siècle. C'est une oeuvre très agréable à lire où on apprend beaucoup de choses sur le Moyen-Orient et sur Bachar.

Catherine M.

Paru en février 2017.

 

L'enfant n'est pas mort, Nimrod, Bruno Doucey édtions

l enfant nest pas mortNimrod, auteur tchadien, résidant en France, nous livre ici une histoire passionnante. Ce livre est édité dans la collection "Sur le fil" des éditions Bruno Doucey, collection qui raconte le destin de poètes qui croisent la grande histoire. Dans "L'enfant n'est pas mort", c'est une poétesse, Ingrid Joncker, que nous découvrons. Elle vit en Afrique du Sud, dans les années 60 et écrit des poèmes magnifiques, politiques, engagés, intimes qui seront malheureusement en grande partie censurés. Jeune femme blanche, elle s'insurge contre les atrocités que subit la population noire et écrit notamment un poème splendide à la mémoire d'un bébé noir tué par la police lors d'un banal contrôle d'identité.

Elle sera méprisée par sa famille et par sa propre communauté qui ne la comprend pas. Son père qu'elle tente d'éblouir toute sa vie, finira par la renier. En 1994, lorsque Nelson Mandela arrive au pouvoir, il ouvre son premier discours au parlement par le lecture d'un poème d'Ingrid Joncker et va largement contribuer à réhabiliter sa poésie. Dans le roman, on voyage entre les années 60 et la vie de la poétesse et la vie de Mandela qui découvre sa poésie en prison. C'est un texte magnifique qui nous offre une plongée dans l'Afrique du Sud et dans la milieu de la littérature sud-africaine. C'est aussi un livre terriblement intime.

Catherine M.

Paru en février 2017

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 1 sur 14