Librairie Papyrus

"A travers les feuilles d'un bon livre, on pourra entendre un écho qui ressemble au bruit des forêts." Henry David Thoreau

   

Lucky Losers, Laurent Malot, Albin Michel, collection litt'

lucky losers malotQuand Sean débarque de son Londres natal pour s'installer dans la tranquille ville bretonne de Douarnenez, rien ne le prédestinait au parcours incroyable qui l'y attendait... Sean a dix-sept ans, partage son temps entre son père anglais, en mal du pays et de travail, et sa mère fraîchement recasée avec un nouvel homme. Le jeune homme arbore le look bristish, un air désinvolte, aime la guitare, et ne cherche pas vraiment à se faire remarquer, juste à se faire quelques amis dans sa nouvelle vie : il rencontre Kevin, Antoine et Rémy, des gentils losers pas vraiment populaires au lycée, avec lesquels il forme rapidement une bande soudée qui se serre les coudes dans leur vie plutôt monotone. Jusqu'au jour où une partie des élèves de l'Institut Balzac, école privée réservée aux nantis de la région, se voient contraints de frayer avec les élèves du Lycée Saint-Hilaire à plus forte mixité sociale. Les deux mondes vont d'abord garder leurs distances, entre indifférence et rivalité, mais quand Sean tente de se rapprocher de Camille, une des filles de la haute bourgeoisie locale, dont il tombe fou amoureux, la tension va monter et Sean va se retrouver la cible de Quentin, Hubert et Jacques-Etienne, trois élèves crâneurs de l'institut Balzac. Et c'est là que tout bascule : dans un élan fougueux, Sean décide qu'il en marre de se faire marcher sur les pieds et propose aux trois prétentieux de Balzac de les mettre au défi avec ses copains sur trois épreuves sportives où ceux-là excellent : équitation, aviron et natation. Bref, un défi complètement fou, puisqu'ils n'ont aucune chance et qu'ils risquent de se ridiculiser. Mais c'est sans compter sur la force de caractère insoupçonnée de Sean, son charisme et ses idéaux qui feront de lui un excellent coach mais surtout un symbole de lutte sociale qu'on surnommera bientôt "Le Che". Et les quelques semaines qui suivront seront tout sauf un long fleuve tranquille à Douardenez : Sean a enflammé les consciences et donné du courage à toute une ville qui en a bien besoin en cette période de conflits sociaux et de fermeture d'usines.

Ce roman se lit avec plaisir :  il a beaucoup de charme, on s'attache à ses (anti-)héros et principalement à Sean, personnage extrêmement sympathique qui se voit jouer un rôle capital un peu malgré lui, mais avec beaucoup de conviction et de sincérité. Un texte vrai, drôle, qui fait réfléchir sur notre société et qui se savoure comme une comédie sociale à l'anglaise vraiment réussie !

Delphine

Janvier 2017