Librairie Papyrus

"A travers les feuilles d'un bon livre, on pourra entendre un écho qui ressemble au bruit des forêts." Henry David Thoreau

   

Inclassables

L’iconographe, 50 livres rêvés par 50 illustrateurs, La Table ronde

liconographe tablerondeProjet littéraire et graphique inédit, L’iconographe a pour ambition de présenter 50 livres illustrés par 50 artistes. La Table ronde a proposé à ces artistes contemporains d’illustrer la couverture d’un livre qui les a marqués et d’expliquer leur choix. Ce recueil revisite l’histoire littéraire (le choix des livres est très varié mais on retrouve beaucoup d’oeuvres classiques) par des illustrations inventives, belles et résolument modernes. Un très bel objet, dans l’air du temps.

Delphine

Paru en octobre 2017.

 

Avant Après, Carl Aderhold & Vincent Brocvielle, Le livre de Poche

avantapres-carladerholdvincentbrocvielle oct2017Etait-ce mieux avant? Et si c'était mieux après? Les auteurs, bien informés et non dénués d'humour, nous proposent une centaine de paires "avant/après", qui concerne aussi bien la nourriture, la mode, l'économie ou les sentiments - pour ne citer qu'eux. Une agréable façon d'ouvrir le débat entre les enfants de la Télé et ceux des Ecrans, les adeptes des Clarcks et ceux des Crocs, les couples qui se sont formés le temps d'un Slow ou d'un Speed Dating, les aficionados du Polaroid ou du Selfie, les voyageurs avec leur carte Michelin et ceux qui utilisent le GPS... Voici un petit livre qui tient ses promesses, on commence la lecture tout seul et puis, on le lit en famille ou on invite ses amis à donner leur avis sur l'une ou l'autre confrontation (entre le télégramme et le tweet par exemple) et la soirée s'anime drôlement. Véritable petite mine d'or pour se souvenir du temps d'avant et encore mieux apprécier, peut-être, celui d'aujourd'hui!

Catherine D.

Paru en octobre 2017.

 

Inventaires d'inventions (inventées), Eduardo Berti et Monobloque, La Contre Allée

inventairesdinventions bertietmonobloqueEduardo Berti et le duo Monobloque ont pioché et trouvé de l'inspiration dans un tas d'oeuvres littéraires pour réaliser cet Inventaire d'inventions (inventées). Chaque objet, de la mitrailleuse à gifles à la cafetière pour masochistes en passant par le chambardoscope et le GPS sentimental, reçoit sa définition, souvent pleine d'humour et toujours révélatrice de l'imagination des écrivains, capables des meilleurs paradoxes !

Le livre va de pair avec une exposition qui a eu lieu à La Marelle à Marseille et avec un court métrage disponible sur le web.

A laisser sur la table du salon (le livre est aussi visuellement très réussi), pour y picorer des petites lectures savoureuses.

Natacha

 

"J'adore la mode mais c'est tout ce que je déteste", Loïc Prigent, Points

alt"C'est pas juste une coiffeuse, c'est la Meryl Streep des cheveux"...

Durant cinq ans, le documentariste Loïc Prigent a récolté, sans méchanceté, des petites phrases et des traits d'humour qui font mouche à la sortie des défilés de haute couture, qu'il publiait au compte-gouttes sur son compte Twitter. Les philosophes à l'origine de ces bons mots déambulent, pendant la fashion week, sous les traits de fashionistas, attachés de presse, journalistes, stagiaires et autres it-girls. Ce petit recueil est une plongée très drôle et décalée dans un monde à part, une très chouette lecture pour ceux qui aiment la mode et ceux qui aiment en rire!

Hélène

Paru chez Grasset en 2016, le format poche est sorti en novembre 2017. Également disponible au format numérique.

 

La haine de la poésie, Ben Lerner, Allia

lahainedelapoesie lernerL'auteur d'Au départ d'Atocha et de 10:04 (délicieux, intello et très drôle), deux romans traduits aux éditions de l'Olivier en 2014 et 2016, est décidément, comment dire? un auteur pour lequel on aimerait trouver un mot neuf, un mot qui ne serait qu'à lui, un mot qui le qualifierait et ne pourrait qualifier personne d'autre. Ce mot ne serait pas le mot "virtuose" (trop pompeux) ni le mot "drôle" (trop gras) ni encore les mots "subtil", "fin", "incroyablement talentueux", "brooklynesque" (une sorte de fils caché qu'auraient eu ensemble Paul Auster et Woody Allen)... mais un peu de tout ça. Pourquoi pas tout simplement "parfait" ?

La haine de la poésie est un texte à l'humour ultra-fin qui évoque à merveille la poésie, la place qu'elle occupe dans notre société. Ce n'est pas tout à fait un coup de gueule, peut-être un cri d'amour désespéré pour un genre qui, par sa nature même, s'extrait du monde réel et s'en fait oublier pour mieux le dire en contrepoint.

J'ai adoré ce texte qui m'a donné envie de mieux défendre les poètes et leurs livres, et que je relirais volontiers.

Notons qu'il est publié dans une collection qui gagne à être connue aux éditions éditions Allia.

Natacha

 
<< Début < Précédent 1 2 Suivant > Fin >>

Page 1 sur 2