Librairie Papyrus

"A travers les feuilles d'un bon livre, on pourra entendre un écho qui ressemble au bruit des forêts." Henry David Thoreau

laetitiaIvan Jablonka signe un magnifique récit, à la frontière de plusieurs genres, pour rendre toute sa dignité à une jeune fille de 18 ans assassinée près de Pornic en janvier 2011.

Sous la photo de Laëtitia placardée d'abord comme avis de recherche puis comme illustration de nombreux reportages après la découverte de son corps, les mots sont terribles : coups, viol, meurtre, démembrement. L'histoire racontée l'est tout autant : placée avec sa sœur jumelle d'institutions en foyers,elle a perdu des parents qui ne sont pas parvenus à les protéger, elle et sa sœur, ni d'eux-mêmes ni des autres.

Ivan Jablonka, écrivain mais aussi historien, va rendre la parole, redonner la place qui lui revient à Laëtitia, à travers ses textos, ses commentaires sur les réseaux sociaux mais aussi grâce aux témoignages de ses proches, sa sœur, son père , son parrain, ses amis.

Le portrait qui se dessine est celui d'une jeune fille, bien sûr fragile, mais aussi et surtout d'une amoureuse de la vie qui s'en sortait de mieux en mieux: travail stable, amis, amours. D'elle,la France a beaucoup entendu parler parce qu'elle incarnait ce terrible sort fait aux femmes, se faire frapper, se faire violer, se faire tuer mais aussi parce que le Pouvoir, avec une majuscule, mais toujours celui des hommes, a choisi de faire de ce sort un exemple de laxisme des magistrats : son assassin est un récidiviste que la Justice n'a pas gardé sous les verrous. Nicolas Sarkozy a dénoncé avec force le manque de sévérité , engrangeant ainsi les opinions favorables des tout sécuritaires.

Laëtitia était tellement plus complexe, plus subtile, plus vivante que tous ces clichés, merci à Ivan Jablonka de nous l'avoir rendue si proche...

Véronique Gillion (ancienne libraire, toujours lectrice)

Paru en septembre 2016 - existe aussi en format numérique.

tropiquedelaviolence-appanahDrogue, violence, misère. Tel est le quotidien du ghetto de "Gaza" à Mayotte, no-man's land peuplé de migrants, de clandestins, pour la plupart des enfants abandonnés à leur sort par leurs parents. Mayotte, île de l'Océan Indien, est pourtant une colonie française. Mais la pression migratoire y est telle que beaucoup de migrants sont livrés à eux-mêmes et tentent de survivre par leurs propres moyens, dans la rue, en subissant la loi des gangs. 

Moïse est un nourrisson quand sa maman l'abandonne aux soins d'une infirmière française, en mal de maternité. Elle l'élèvera avec amour, jusqu'à ce que Moïse apprenne l'histoire de ses origines. Il basculera rapidement dans l'autre monde, celui qu'il n'aurait pas dû quitter, attiré par les bandes de voyous qui sont ses frères de sang. Et y découvrira l'enfer. 

D'un rythme enlevé, à l'aide d'images fortes, l'auteure malgache Nathacha Appanah nous parle de cette île qu'elle connaît bien pour y avoir habité. Dans ce roman polyphonique, les voix s'entremêlent avec puissance, celles des vivants et des morts, et toutes semblent appeler à l'aide d'un même souffle.

Un roman puissant, sombre, souvent dur, servi par une écriture dense et colorée.

Delphine

Paru en août 2016 - existe aussi en format numérique.

petitpays-gaelfayeLe petit pays de Gaël Faye, c'est le Burundi. C'est aussi celui de Gabriel, ce garçon né dans les années 1980 de l'union d'un Français et d'une Burundaise, à Bujumbura.

A travers les yeux de cet enfant, on découvre avec plaisir le Burundi d'avant, celui du bonheur, de l'insouciance, des amitiés fortes, dans l'ambiance parfumée de son quartier qui a des allures de petit coin de paradis.

Mais on plonge aussi avec effroi dans le Burundi d'après-le-bonheur : zones d'ombres, trahisons, tensions grandissantes entre ethnies Hutus et Tutsis, jusqu'à l'horreur du génocide. Comment un enfant voit son monde basculer, passer de la douceur à la douleur.

Un texte vibrant, fort, parfois dur, inspiré du vécu de Gaël Faye, cet auteur-compositeur-interprète qui nous signe de sa plume sincère un premier roman touchant. Voilà qui ne laissera personne indifférent.

Delphine

Rentrée littéraire août 2016 - Existe aussi au format numérique

desorientaleKimiâ attend dans la salle d’attente d’un hôpital parisien et se souvient.

C’est le début d’un récit foisonnant, qui alterne les bonds dans le passé, parfois lointain, de cette famille iranienne forcée à l’exil dans les années 80, et le présent qui convoque la procréation médicalement assistée et l’homosexualité de son héroïne. A l’image de ces récits orientaux chatoyants, l’histoire que nous conte Négar Djavadi nous replonge dans la Perse luxuriante des harems, peuplés de femmes volubiles et soumises à l’autorité de leur maître, mais aussi dans l’Iran des années 70 qui verra le déclin du Shah, la révolution de 1979 et l’avènement de Khomeiny. C’est avec humour que l’auteure parsème son récit de notes de bas de page éclairant le lecteur sur l’histoire de son pays et lui éviter un recours à Wikipedia. Et c’est avec curiosité que nous découvrons, à travers le destin de la famille Sadr, l’histoire d’un pays, des ses traditions, de ses moeurs et leur évolution. Kimiâ, dont les parents sont de grands activistes opposés au régime, découvrira la France à dix ans, ce pays tant convoité et sa réalité plus sombre qu’espérée, elle s’y sentira étrangère, sera en rupture avec sa famille et cherchera refuge auprès des laissés pour compte de la société. De Paris à Berlin en passant par Bruxelles, elle se noiera dans l’alcool et le rock’n’roll, deviendra ingénieur du son pour des groupes undergound et finira par tomber amoureuse...

Voici un livre sur l’identité, l’exil, la famille, mais aussi sur la politique d’un pays qui n’en finit pas de se révolter.

Catherine D.

Août 2016 - Existe aussi en format numérique

romanesque benacquista2016On plonge avec délectation dans l’histoire mouvementée et romanesque de ce couple effrontément amoureux, qui va nous entraîner dans des aventures brillamment contées par Benacquista.

Lui, un braconnier, elle, une glaneuse, vont se rencontrer en plein Moyen Age et ne vont plus jamais se quitter, animés d’une pure et naïve passion amoureuse qui ne plaira ni à leurs voisins et membres de la communauté villageoise, ni même au Roi qui, faute de reproches à leur adresser, ordonnera leur mort sur le bûcher... Seuls au monde, ils n’auront de cesse de chercher à se retrouver et ainsi, de par les rencontres faites chacun de leur côté, de tisser leur propre légende. On retrouve un peu de toutes ces légendes et mythes qui façonnent nos imaginaires, de l’apprentissage de la lecture comme acte révolutionnaire à la représentation théâtrale comme catharsis d’un peuple contemporain en mal d’identification. Récit d’aventures, on traverse allègrement le temps et les époques tout comme les continents; du Moyen Age à l’époque contemporaine, de la France aux confins de l’Asie en passant par l’Amérique, ou encore d’un asile psychiatrique géorgien au palais florentin d’un prince déchu.

On ne s’ennuie pas un seul instant, tout au plus les amants contemporains reflètent-ils un amour plus détaché, peut-être bien à l’image de leur époque...

Catherine D. 

Août 2016 - existe aussi en format numérique

duboissuccessionNotre héros s'appelle Paul, c'est un spécialiste de la pelote basque, il a fait sa vie en Floride et revient en France à la mort de son père.

Est-il possible d'échapper à son destin, à son héritage ?

Mélancolie, humour noir, le tout servi par une écriture réjouissante. Jubilatoire tout simplement.

Véronique

Paru en août 2016 - existe aussi en format numérique. 

duroyabsenteL'inoubliable auteur du "Chagrin" persiste à faire de sa vie une oeuvre littéraire.

Cette fois, le narrateur, Augustin, subit - littéralement - un nouveau déménagement : il doit vendre sa maison, suite à son divorce, et cette catastrophe lui en rappelle une autre, vécue dans son enfance, quand les huissiers avaient chassé toute sa famille de son appartement.

"L'absente" tient du roman, du journal intime et du road movie à travers le temps et l'espace. Des rencontres improbables, des découvertes inattendues, qui n'écartent cependant pas Augustin de sa quête : explorer les blessures de l'enfance et peut être comprendre, enfin, sa mère.

Lionel Duroy nous séduit une fois de plus !

Véronique

Paru en septembre 2016 - existe aussi en format numérique. 

larchipel dune autre vieAndreï Makine, grand auteur d'origine russe, installé en France depuis de longues années, nous emmène en Sibérie, et quelle réussite !

Nous sommes sous la dictature de Staline. Une poignée d'hommes, soldats de l'armée soviétique, est envoyée en mission à la recherche d'un fugitif échappé d'une prison sibérienne. On ne sait rien sur ce criminel, si ce n'est qu'il est un excellent marcheur et chasseur. En effet, il avance dans la Taïga pendant plusieurs semaines sans se faire rattraper par la brigade épuisée. Pavel, un des soldats impliqués dans cette poursuite, est de plus en plus intrigué par ce mystérieux personnage et sera bouleversé quand il découvrira de qui il s'agit.

Ce roman puissant nous entraîne aux confins du monde, là où l'homme n'a presque plus sa place, là où la modernité, les technologies, les civilisations ne sont quasi pas présentes. C'est un roman à la fois haletant, car nous sommes dans une chasse à l'homme, mais aussi empli de philosophie et de réflexions sur la vie et les hommes. La nature tient une place centrale puisque la Taïga est presque un personnage en soi. 

Catherine M

Paru en août 2016 - existe aussi en format numérique.

policePOLICE, c'est d'abord une immersion dans la profession policière. C'est aussi un huis-clos et un drame qui se lit d'une traite, passionnant et bien construit. C'est encore un angle d'approche particulier pour évoquer la situation des migrants dont la demande d'asile est rejetée et qui se retrouvent escortés par trois policiers jusqu'à l'avion.

Si le personnage du migrant débouté nous bouleverse par sa trajectoire à la fois terriblement banale et à chaque fois tragique, c'est néanmoins à la vie des trois policiers d'escorte que l'auteur va ici s'intéresser : leur métier mais aussi leurs vies privées, qui s'entrelacent dans un scénario très réussi. Chacun ici est avant tout un être humain.

Parmi les qualités d'Hugo Boris, j'ai envie de souligner son talent pour camper ses personnages, nous les rendre attachants, émouvants et si réels qu'on croirait les connaître pour de bon. POLICE se lit d'une traite !

Natacha

Paru en août 2016 - existe aussi en format numérique.

un paquebot dans les arbresMathilde est la deuxième fille de Paulot et Odile, tenanciers du café Le Balto, cœur d'un petit village de province. Lorsque ses parents sont durement touchés par la tuberculose, la vie de la famille bascule et Mathilde tente envers et contre tout de maintenir sa famille en lien. Nous sommes dans les années 1950, c'est le début des Trente Glorieuses qui ne sont pas glorieuses pour tout le monde. En effet, c'est le début de la sécurité sociale, mais les indépendants et commerçants n'y ont pas encore droit. Et lorsque la maladie les touche, c'est la dégringolade. Mathilde sera trimbalée par la vie, passera par des familles d’accueil puis sera émancipée et vivra seule dans l'ancienne maison familiale alors que des scellés sont posés.

L'auteur dépeint magnifiquement une époque et des lieux fortement marqués par l'histoire, ainsi par exemple le sanatorium dans lequel séjournent ses parents, qui est aujourd'hui à l'abandon. L'écriture est fluide et belle. Et malgré la dureté de l'histoire, nous sommes face à un roman lumineux. Le personnage de Mathilde rayonne de rêves, d'illusions, d'envie de liberté, de courage. Quel beau roman !

Catherine M

Paru en août 2016 - existe aussi en format numérique.

lenvers des polesL'envers des pôles nous entraîne dans la tête d'une femme bipolaire. Elle nous raconte son quotidien en hôpital psychiatrique mais revient aussi sur des épisodes familiaux qui l'ont marquée. C'est un roman qui nous permet de comprendre cette maladie, de l'appréhender d'une manière très intime et personnelle. Je le recommande aux professionnels de la santé mentale mais aux autres aussi qui, comme moi, n'y connaissent pas grand chose. C'est une lecture touchante qui ne laisse pas indifférent.

Catherine M

Paru en octobre 2015 - existe aussi en format numérique.

ecoutez nos defaitesEncore un grand cru pour Laurent Gaudé. Dans ce roman, l'auteur nous parle à travers plusieurs narrateurs qui sont tous d'une manière ou d'une autre, et parfois contre leur gré, impliqués dans une guerre qui a marqué notre histoire. On voyage donc dans le temps et l'espace en se retrouvant tantôt avec le capitaine Grant dans les dernières batailles de la guerre de Sécession, tantôt aux côtés d'Hannibal et de ses éléphants lors de leur marche vers Rome ou encore au cœur du commando américain qui a assassiné Ben Laden, ou de Daech. 

Dès que l'on s'est habitué à l'alternance très fréquente des narrateurs (chaque paragraphe marque un changement de personnage), on est emporté par l'écriture magistrale de Laurent Gaudé, sans un accroc. Et à travers ces récits, c'est évidemment une belle réflexion sur l'histoire de notre civilisation qui nous est offerte. Qui est vraiment le vainqueur lorsque des milliers de jeunes partent au combat ? Toutes ces guerres ne produisent-elles pas que des perdants ? Quels sont les vestiges de notre histoire ? Faut-il les préserver envers et contre tout ? Et pourquoi certains groupes s'acharnent-ils à détruire ces traces ? 

Catherine M

Paru en août 2016 - existe aussi en format numérique

le miroir illusionsMariages arrangés, enfants illégitimes, projets de vengeance, Venise, Berlin, ruée vers l'or... Voici quelques ingrédients du dernier livre de Vincent Engel. L'histoire démarre chez un notaire avec une mystérieuse mission confiée à un jeune Italien qui a grandi en pleine campagne. Dès le départ, on sent que l'histoire de cet étrange héritage est tortueuse et, alors que beaucoup d'éléments sont déjà révélés dans une longue lettre qui constitue le début du livre, Engel continue à nous surprendre tout au long du roman jusque dans les dernières pages. 

On va voyager dans l'Italie du 19ième siècle, à Venise, Milan, en Toscane mais aussi à Berlin, New-York, San Francisco. Le roman peut se lire indépendamment du reste de l’œuvre de Vincent Engel, mais les lecteurs de Retour à Montechiarro retrouveront le destin de Laetitia et Raphaël. Voici donc une très bonne saga familiale où passions, trahisons, rêves de liberté se mélangent efficacement.

Catherine M

Paru en mai 2016, existe aussi en format numérique

le grand jeu"Le grand jeu" raconte l'histoire d'une retraite en montagne dans un récit émouvant et poétique. Tout au long du roman, des éléments pragmatiques liés à l'organisation de la vie quotidienne en solitaire et en montagne s’entremêlent avec des réflexions plus philosophiques et le récit des découvertes que fait la narratrice au fil des jours. Découvertes qui évoquent la montagne dans toute sa splendeur mais qui peuvent aussi être parfois très surprenantes. En effet, elle semble ne pas être seule sur ce coin de rocher qu'elle croyait complètement désert.

Minard nous surprend et divise les libraires, les critiques, les lecteurs qui ne savent quoi penser de ce nouveau roman. Moi je l'ai adoré, lu presque d'une traite. Il m'a transporté dans un univers montagneux que j'admire et vénère. Il plaira, je pense, beaucoup aux amoureux de la montagne... les autres pourraient s'ennuyer. 

Catherine M

Paru en août 2016 - existe aussi en format numérique.

tuilinsoucianceKarine Tuil s'empare de questions qui bousculent et questionnent le monde d'aujourd'hui et la société française en particulier. Elle le fait avec brio et sur un rythme enlevé, voire endiablé, qui rend palpitante la lecture de ce roman par ailleurs électrique et efficace.

Une jeune journaliste déboussolée, un richissime patron de groupe multinational, un éducateur devenu conseiller du président français, un soldat traumatisé par l'Afghanistan : nous plongeons d'emblée dans les sujets qui passionnent les médias des années 2000.

Le propos de l'auteur est aussi d'interroger l'obsession pour les identités : quand est-on raciste aujourd'hui ? Comment étiquetons-nous les autres et nous étiquetons-nous nous-mêmes au XXIème siècle en Europe occidentale ? Les personnages du roman vont tantôt revendiquer tantôt rejeter comme non avenues les identités qui leur collent à la peau et le roman nous renvoie la question de leur pertinence : "Noirs" ? "Juifs ?" "Musulmans ?" Qu'est-ce que ça signifie à Paris en 2016 ? Peut-on échapper au verdict médiatique en la matière ?

L'insouciance nous fait aussi le cadeau d'une belle trame romanesque et d'un joli plaisir de lecture. 

Natacha

Paru en août 2016 - existe aussi en format numérique. 

ledernierdesnotres declermont-tonerreAdélaïde de Clermont-Tonerre nous offre un de ces livres qu'on ne peut lâcher et qui donne tout son sens au plaisir simple de la lecture. Dans cette saga habilement construite, l'auteure nous emporte dans un récit palpitant, entre le Manhattan enjoué de la fin des années soixante et le Dresde en ruines de la fin de la Seconde Guerre mondiale. On tremble, on palpite, on tourne les pages avec frénésie pour essayer de découvrir les liens qui existent entre ces deux mondes et ces deux époques. De sa plume vive et enjouée, l'auteure réussit son pari de nous tenir en haleine du début à la fin avec ce roman doté d'un grand souffle.

Delphine

Août 2016 - Existe aussi au format numérique

delamoregneanimalLa chaleur, les odeurs, la nature tout entière avec sa boue, ses insectes, ses humains empêtrés et indissociablement liés à la vie animale dont ils procèdent, tout cela nous accueille d'emblée dans ce roman puissant et marquant de Jean-Baptiste Del Amo. 

D'abord, la vie d'avant la première guerre avec son travail rude, ses silences, sa lutte constante pour la survie. Puis la guerre qui casse et prend des vies. Ensuite, les années 80 et la brutalité de l'élevage industrialisé.

Dans ces deux grandes périodes, on rencontre cinq générations d'une même famille dont le sort est lié à celui des porcs par un noeud secret mais aussi par tradition et par nécessité. Les humains et les animaux semblent en perpétuel équilibre instable, les hommes essayant sans cesse de dominer la vie qui reprend le dessus sous toutes ses formes, des plus effrayantes et abjectes aux plus folles, indomptables et libres.

Lisez ce livre porté, de plus, par une écriture richissime !

Natacha

Août 2016

 

tout dort paisiblement lamourClaude Pujade-Renaud est une grande romancière française, qui nous avait déjà entraînés dans la vie de Saint-Augustin dans son précédent roman. Dans celui-ci, c'est la vie de Soren Kierkegaard qui sert de point de départ, et c'est plus particulièrement la vie amoureuse de ce philosophe danois du 19ème siècle qui est la porte d'entrée du roman. Régine, la première narratrice, fut la première (et seule) fiancée de Kierkegaard, mais ce dernier rompt les fiançailles quelques semaines avant le mariage. Cet événement va plonger Régine dans une profonde tristesse et une incompréhension de ce choix. Elle va cependant, quelques années plus tard, rencontrer Frédéric, jeune diplomate danois prometteur, qu'elle épouse et avec qui elle part aux Antilles. Lorsque, des années et années plus tard, Kierkegaard décède, c'est Régine qui sera sa seule légataire. 

Pujade-Renaud nous plonge dans une époque. On voyage entre les Antilles et la ville de Copenhague, au cœur de la bonne société danoise érudite. Avec beaucoup de finesse, c'est ainsi la pensée de Kierkegaard qu'on approche. Une lecture tout en finesse, qui nous amène à voyager, à réfléchir, à imaginer... un roman vraiment excellent !

Catherine M

Avril 2016 - existe aussi en format numérique.

mespenelopescouverturesiteQuel condensé d'émotions dans ce beau texte de Carol Vanni ! Des voix surgissent pour évoquer l'attente. Textes courts pour des attentes longues, tantôt fébriles, tantôt sombres, amusées, infinies ou brutalement interrompues. Chaque texte est plein, fini et nous touche : Carol Vanni nous offre une chute à chaque page.

Dans chaque texte, c'est une autre voix qui se fait entendre et cependant, un fil conducteur insaisissable se dessine. Les temps forts d'une vie se succèdent dans le désordre. Des naissances, des morts, des amours qui commencent ou finissent, des moments d'enfance. Entre les vagues, le lecteur reprend son souffle pour être témoin de l'attente toute simple d'un enfant dans une voiture au supermarché, ou même d'objets du quotidien, sans perdre un instant de sa densité. La tension dramatique se desserre alors pour mieux revenir d'un seul coup, juste après. Car chaque texte nous concerne au plus près, aucun ne nous laisse indifférent.

Chaque texte parle de nous.

Les peintures graves et silencieuses de Véronique Decoster entrent superbement en dialogue avec les voix des Pénélopes, au sein d'un livre qui s'inscrit joliment dans le beau travail éditorial de l'Esperluète.

Carol Vanni lira des extraits de son livre et répondra à vos questions chez Papyrus le 3 mars à 19h30.

Natacha

enattendantbojangles bourdeautUne histoire d'amour fou où le quotidien est sublimé par mille poésies fantaisistes, mille aventures imaginaires, le tout arrosé de cocktails enivrants ! Une danse effrénée à la vie, entre tristesse et sensualité, au rythme du "Mr Bojangles" de Nina Simone. Un premier roman captivant et tourbillonnant, qui rappelle que la folie n'est pas l'apanage des seuls "désaxés" et que l'amour permet tout !

Catherine D.

Janvier 2016

danse la vie breveHubert Antoine est d'origine namuroise, désormais exilé au Mexique. C'est sur sa nouvelle terre d'accueil que ce premier roman surprenant et passionnant prend place.

Melitza est une jeune Mexicaine de 23 ans que nous allons apprendre à connaître à travers ses carnets de notes, sorte de journal intime. Orpheline de mère depuis sa naissance, elle a été élevée par son père excentrique mais aimant qui lui a transmis une série de valeurs sociales et le goût de la vie. Un soir, elle est sera victime d'un terrible viol et va être amenée à fuir après le meurtre de ses agresseurs.

Le roman nous entraîne dans la fougue de le jeunesse de Melitza, à travers ses émois, ses amours, ses envies, ses rêves, beaux et naïfs aussi. Mais c'est aussi le Mexique qu'on découvre, la richesses de sa culture et de ses traditions, c'est une vraie ode à ce pays à la fois magique et terriblement violent, corrompu, inégalitaire, un pays qui ensorcelle.

Comme souvent aux éditions Verticales, la plume de l'auteur est belle, fluide, entraînante, sans accro. On est littéralement porté par le texte, sans effort. Et on est balloté entre la légereté de la jeunesse de Melitza et les évènements tragiques de sa vie. Un texte à la fois intime et politique, à découvrir assurément. 

Catherine

Janvier 2016 - également disponible en format numérique.

 

lautrejospeh davrichewyComment l'arrière-petite-fille d'un certain Joseph Davrichewy, camarade et "presque" frère de l'autre Joseph, Staline, nous replonge dans la Géorgie du début du XXe siècle, et dans l'histoire de la révolution russe.

Un récit étonnant, porté par la fascination de l'auteure pour son arrière-grand-père, et son amour pour son père, qui nous fait découvrir un bouillonnant Staline, dans la force de la jeunesse, et un intrépide arrière-grand-père au caractère bien trempé.

Un roman touchant sur la mémoire familiale.

Delphine

Janvier 2016

kannjawouLyonel Trouillot est un grand auteur haïtien qui entraîne régulièrement ses lecteurs aux confins de l'âme humaine, mais aussi, à la recherche de l'âme des lieux, des quartiers, des rues...

Dans son dernier roman, on découvre cinq "amis" (Popol, Joëlle, Sophonie, Wodné, et le narrateur) qui résident à la rue de l'Enterrement, rue qui mène au cimetière de la ville. Le lieu peut sembler misérable si l'on s'en tient aux revenus de ses habitants mais la rue abrite en réalité des gens emplis de conviction, de rêve, de soif de savoirs, des militants, des sages aussi (Man Jeanne, Le "petit professeur"). Bref des gens non moins valeureux (au contraire) que les hommes politiques ou les humanitaires qui envahissent le pays. Les cinq amis de la rue de l'Enterrement grandissent en empruntant des chemins différents qui les éloignent les uns des autres. L'une d'entre eux travaille au "Kannjawou", un mot qui signifie fête et partage dans la culture traditionnelle haïtienne mais qui est aujourd’hui le nom d'un bar branché où se retrouvent les expatriés et les nantis de l'île. Le "Kannjawou", c'est le symbole de la déroute du pays.

Dans ce pays qui souffre tant et où la frontière entre le monde des morts et celui des vivants semble toujours si ténue, quel avenir les jeunes de la rue de l'Enterrement peuvent-ils entrevoir? Trouillot nous monte qu'Haïti est pleine de ressources, que ses habitants sont prêts à prendre leur destin en main mais qu'ils sont pris en tenaille entre la corruption des hommes au pouvoir, l'aide humanitaire qui amène ses propres manières de fonctionner en empruntant à la culture locale ce qui l'arrange. Ces éléments détruisent la solidarité du peuple qui semble pourtant prêt à se battre pour son avenir.

Catherine M

Janvier 2016 - existe aussi en format numérique

Quelques liens pour en savoir plus

professiondupere chalandonOn ne sort pas indemne de ce roman, bouleversant, cruel et tendre à la fois.

Sorj Chalandon y raconte son enfance auprès d’un père violent et mythomane, et d’une mère effacée. Mais l’intention de Chalandon n’est pas d’apitoyer le lecteur sur son sort d’enfant battu, et le ton n’est pas larmoyant. Loin de là. Suite au décès récent de son papa, il a en effet décidé de raconter ses blessures d’enfance, afin de mieux les cicatriser.

Il raconte les délires et la violence de son père, dont il ne connaîtra jamais la profession, mais qui était à ses yeux un incroyable agent secret, ce père qui l’entraînera toute sa jeunesse à devenir soldat d’une association secrète, en vue de l’assassinat du Général De Gaulle.  Il raconte sa mère, maltraitée, passive face à ces violences, l’ombre d’elle-même, dans un réel déni de la maladie mentale de son époux. Il racontera aussi comment tous ces mensonges le faisaient aussi rêver au destin fabuleux de son père… A 12 ans, on ne remet pas en question les paroles de son papa.

Sorj Chalandon nous touche aussi particulièrement dans la seconde partie de son roman quand on découvre son double autobiographique, Emile, essayant de renouer contact avec ses parents après des dizaines d’années de salvatrice et nécessaire prise de distance. On y sent toute la tendresse d’un homme qui essaye d’oublier, de tourner la page, de tendre la main malgré tout.

Profession du père est un récit conté d'un rythme soutenu, intime, mordant, un vrai coup de poing. Un livre qui ne laissera personne indifférent.

Delphine

Septembre 2015

une foret darbres creuxNous sommes en république Tchèque, en 1941, où on assiste à la déportation de nombreuses familles vers le ghetto de Terezin. A travers une langue d'une grande richesse, l'auteur nous offre une ambiance, une atmosphère, des visages, des gestes et nous entraîne au cœur du ghetto. On partage la vie d'une homme pendant environ deux ans, une vie de pauvreté, de misère, de tristesse mais où des rayons de soleil, des gestes de solidarité, de complicité parviennent à percer la noirceur quotidienne. Un texte court, vif et poétique qui happe le lecteur.

Catherine

Septembre 2015 - disponible également en format numérique.