Librairie Papyrus

"A travers les feuilles d'un bon livre, on pourra entendre un écho qui ressemble au bruit des forêts." Henry David Thoreau

   

Beckomberga, S Stridsberg, Gallimard

beckombergaEn 1932, Beckomberga, près de Stockholm, ouvre ses portes.
Cet hôpital psychiatrique se veut avant tout un havre de paix, "un nouveau monde où personne ne serait laissé pour compte".

Beckomberga a marqué l'adolescence de Jackie, l'héroïne du roman, qui s'évertue à maintenir les liens avec son père, Jim, alcoolique, dévastateur et suicidaire, en lui rendant régulièrement visite. Jim est soigné par Edvard, un médecin non conventionnel, qui cherche à humaniser et à responsabiliser ses malades.

La psychiatrie a beaucoup évolué, elle a aidé ses malades à rejoindre le monde du dehors. C'est cette histoire que nous revisitons en nous plongeant dans ce roman, orchestré par chapitres courts, donnant la voix aux différents protagonistes.

Un superbe roman sur le monde marginal de la folie douce.

Véronique

Paru en août 2016, traduit du suédois par Jean-Baptiste Coursaud - existe aussi en format numérique.

 

Anatomie d'un soldat, Harry Parker, Christian Bourgois

anatomie dun soldatTom est un soldat britannique ambitieux, ultra motivé. Il part en zone de conflit et en reviendra salement amoché.

Probablement largement autobiographique, c'est l'histoire de Tom qu'Harry Parker va nous livrer dans ce roman, au moyen d'un procédé narratif relativement original. En effet, les multiples narrateurs de ce roman sont des objets: un casque, un garrot, un sac-à-dos, un cathéter, une chaise roulante, une bombe, une bière, etc., etc. Cette manière de raconter l'histoire tient le lecteur en haleine, car chaque début de chapitre est une petite surprise. On se demande qui va nous adresser la parole et les premières lignes ne sont pas toujours explicites à ce sujet, on tente donc de découvrir au fil du récit de qui, ou plutôt de quoi, il s'agit. Cela rend la lecture assez amusante bien que le propos du livre soit plutôt tragique. 

Catherine M

Paru en août 2016, traduit de l’anglais par Christine Laferrière - existe aussi en format numérique.

 

Les fondamentaux de l'aide à la personne revus et corrigés, Jonathan Evison, Monsieur Toussaint Louverture

les fondamentaux delaideAaaah l'éditeur Monsieur Toussaint Louverture a encore frappé, et c'est tant mieux. Il avait notamment publié deux romans de Steve Tesich qui nous avait ravis (Karoo, paru en poche chez Points, et Price, dont on attend toujours la sortie en format poche). Il nous sert encore une pépite avec ce nouveau roman traduit de l'anglais (Etats-Unis).

Avec Les fondamentaux de l'aide à la personne revus et corrigés, on embarque dans le quotidien tragique de Benjamin et Trevor, qui tous deux ont été malmenés par la vie, l'un physiquement, l'autre moralement. Lequel des deux est le plus cassé? Finalement l'histoire ne le dit pas, mais cheminer avec eux est un pur bonheur de lecture. On découvre petit à petit leurs histoires, ce qu'ils trimballent avec eux comme casseroles, mais on entrevoit aussi ce que pourrait être leur avenir (ou pas). Dans ce roman, il y a de l'aventure, de l'amour, de l'amitié, de l'humour (parfois ras des pâquerettes) mais aussi une philosophie de vie qui nous amène à penser à ce que la vie nous a donné (ou repris) à nous, lecteur. Il y a aussi de la folie, du "c'est juste pas possible" et ça, c'est aussi ce que la littérature a de magique et d'incroyable, c'est qu'elle peut tout ou presque. Voici une terriblement bonne lecture qui, en plus, vous fait voyager à travers la moitié des USA (sans devoir demander de visa, ça ne se refuse pas).

Catherine

Avril 2016 - Traduit de l’anglais (États-Unis) par Marie-Odile Fortier-Masek - Existe aussi en format numérique.

 

Nos années sauvages, Karen Joy Fowler, Presses de la cité

nosannessauvages joyfowlerNos années sauvages raconte l'histoire d'une famille traumatisée, puis séparée, par un événement survenu alors que la narratrice, Rosemary, n'était qu'une enfant : la disparition de sa "jumelle", Fern. Difficile, à partir d'ici, de parler du roman sans trop en dire sur l'intrigue. Fowler entraîne ses lecteurs dans un récit original abordant des thèmes variés, des dysfonctionnements familiaux à la psychologie, en passant par la primatologie. Voici un livre qui ne manquera pas de vous happer, et ne vous laissera sans doute pas de marbre.

Hélène

Avril 2016 - aussi disponible en format numérique.

 

Le livre de l'homme, Barry Graham, Tusitala

le livre de lhommeNous sommes en Angleterre, dans les années 1990. Kevin prend le train vers Glasgow pour enquêter sur un ancien ami artiste, écrivain. Il revient ainsi dans sa ville natale alors qu'il réside à Londres depuis une dizaine d'années avec son fils, David. Il s'intéresse à cet ancien ami, Mike, dont il fut le confident littéraire, et qu'il n'a pas revu avant son décès du SIDA. Entraînant le lecteur avec lui, Kevin se remémore sa vie à Glasgow et nous plonge dans ses souvenirs, dans le milieu de la drogue, dans les entrailles de la ville ravagée par le déclin économique. Le récit de sa rencontre avec Mike est tout aussi hilarant que glauque et donne le ton du livre dès le départ. On ne va pas s'ennuyer. Kevin se souvient de ce qu'était la vie de Mike avant son départ de Glasgow, une vie faite d'écriture et de piqûres d'héroïne. Il cherche aussi à savoir ce qu'il est devenu par la suite en contactant leurs anciens amis communs.

A travers cette quête, ce sont de multiples questions, réflexions qui surgissent. Qu'est ce que l'amour et l'amitié ? Pourquoi écrit-on ? Pourquoi se drogue-t-on? Où nous emmène la vie quand on démarre l'âge adulte à coup d'injections? Ce texte retourne notre estomac par son réalisme et nous livre une galerie de personnages finalement très attachants.

Un roman noirissime mais qu'il ne faut pas mettre sur le côté pour autant. Le style est lumineux, sans accroc et le livre nous appelle dès qu'on le referme.

Catherine

Mars 2016 - Traduit de l’anglais (Ecosse) par Clélia Laventure.

 

 

Daddy Love, Joyce Carol Oates, Philippe Rey

daddylove oatesUn couple heureux, un jeune garçon aimé, une crapule... et des années de cauchemar.
Dans ce roman de 267 pages (court, pour la prolixe J.C.Oates), l'écrivaine est une fois de plus la narratrice de la violence des hommes, à travers le kidnapping d'un enfant.
Celui-ci porte trois prénoms. De Robbie, son prénom de petit garçon, il deviendra Gidéon et Fils simultanément, conséquences du rapt.  Fils obéit à papa Daddy Love tandis que Gidéon est son être-pensant. On n'en dira pas plus de ce poignant roman dont la chute vous laisse pantois !
 
"A l'intérieur de l'ingénieuse Vierge de bois l'enfant ne poussait pas un gémissement.
Sous le bâillon, pas un pleur étouffé.
Daddy Love était un père sévère et néanmoins aimant. Il avait fixé une éclisse sur le petit doigt cassé. Les os de l'enfant se ressoudent vite mais ne doivent pas se ressouder de travers.
L'enfant apprendrait vite : tout acte de désobéissance, si minime soit-il serait immédiatement puni. Pas d'exception ! Tolérance zéro !
Et quand l'enfant obéirait et serait un vrai fils pour Daddy Love, il serait immédiatement récompensé par de la nourriture, de l'eau, le réconfort des bras puissants de Daddy Love et les douces intonations de sa voix. "Celui-ci est mon fils qui a toute ma faveur".
Ainsi l'enfant apprendrait vite. Ils apprenaient tous... son instinct naturel le poussait à récompenser et à punir de manière à instiller l'amour, la peur, un respect et une loyauté envers Daddy Love chez le sujet-enfant."
 
Véronique B.
 
Avril 2016 - Traduit de l'anglais (États-Unis) par Claude Seban  - existe aussi en format numérique.
 

Souviens-toi de moi comme ça, Bret Anthony Johnston, Albin Michel

souvienstoidemoicommeca johnstonJustin, 11 ans, disparaît un soir d'été, sans laisser de traces. Pendant quatre ans, ses parents et son frère ne vont jamais cesser d'espérer, vont poursuivre leurs recherches, inlassablement. Ont-ils encore raison d'y croire après ces longues années ? Quand on le retrouve, comme par miracle, après quatre ans, sa famille va tenter de se reconstruire, de surmonter ses angoisses, de panser ses blessures. Pas si évident de retrouver une vie normale quand on a vécu si longtemps dans l'attente et l'angoisse...

Ce roman traite de l'absence mais surtout de la culpabilité d'une famille au retour du fils perdu. Ont-ils vraiment fait tout leur possible pour essayer de retrouver Justin ? Comment vont-ils faire face à cette explosion d'émotions mêlées ? Comment vont-il se reconstruire et redevenir une famille comme les autre après avoir traversé cette épreuve ? Comment Justin va-t-il se réintégrer à ce monde qu'il pensait avoir perdu ?

Bret Anthony Johnston nous pose toutes ces questions dans ce roman habilement construit et décrit les membres de cette famille avec une grande finesse psychologique et beaucoup de pudeur. Nous sommes happés par le récit, rythmé, suspendus au destin de cette famille au bord du gouffre.

Un premier roman réussi et très juste.

Delphine

Mars 2016 - Traduit de l'anglais (USA) par France Camus-Pichon - existe aussi en format numérique.

 

La Jeune Epouse, Alessandro Baricco, Gallimard

lajeuneepouse bariccoVirtuose de la langue, Alessandro Baricco nous entraîne une fois de plus dans un monde étrange et envoûtant, plein de poésie et de sensualité.

Nous suivons les pas de la Jeune Epouse, jeune fille de 18 ans fraîchement débarquée d'Argentine pour rejoindre le jeune homme à qui elle est promise. Nous sommes à la fin du XIXe siècle, dans une maison du Nord de l'Italie habitée par d'excentriques aristocrates aux moeurs bien fantasques mais raffinées. La jeune fille y fera la connaissance de la Fille, la Mère, le Père, l'Oncle, mais pas de futur mari en vue. C'est que le Fils est parti depuis quelques temps en Angleterre et personne ne sait exactement la date de son retour. Qu'à cela ne tienne, la Jeune Epouse décide donc de l'attendre dans cette si singulière maisonnée et de s'y laisser initier à ses étonnants rituels. Mais peu à peu sa présence modifiera le cours tranquille de la vie de la maison...

Dans cette fable presque hors du temps, Alessandro Baricco joue avec ses personnages, nous livre une vision malicieuse de notre société et nous offre une formidable réflexion sur le métier d'écrivain. Car il n'hésite pas à s'y mettre en scène dans de savoureuses digressions sur la narration et l'écriture. Ce livre est une preuve, s'il en faut encore, que Baricco est décidément maître de l'écriture subtile.

Delphine

Avril 2016 - Traduit de l'italien par Vincent Raynaud existe aussi en format numérique.

 

Invisible sous la lumière, Carrie Snyder, Gallimard

invisiblesouslalumiere snyderLe sport, ça conserve. Aganetha Smart, ancienne coureuse olympique, a atteint l'âge de 104 ans. Médaillée d'or aux Jeux olympiques d'Amsterdam en 1928, avec l'équipe canadienne, elle a surtout passé toute sa vie à courir, inlassablement, comme portée par un élan irrépressible, une force incontrôlable, ne perdant jamais le souffle. Et du souffle, ce premier roman de Carrie Snyder n'en manque pas. 

Au fil des pages, la mémoire confuse de cette centenaire va livrer au lecteur ses souvenirs depuis son enfance dans la ferme familiale au Canada, ses secrets enfouis aussi, et nous révéler une vie de femme forte qui traverse de nombreux drames, très seule dans son combat pour avoir le droit de vivre au grand jour sa passion, la course. 

Si Aganetha Smart est un personnage de fiction, il est fortement inspiré des pionnières de la course féminine du début du siècle dernier. Elle symbolise le combat des femmes à une époque où le sport était réservé aux hommes. C'est aux Jeux olympiques de 1928 que certaines disciplines olympiques athlétiques ont été ouvertes aux femmes... pour leur être ensuite interdites, par crainte de leur épuisement...

Le roman est intelligemment construit, l'écriture limpide et le destin d'Aganetha Smart, passionnant !

Une très bonne lecture qui donne un éclairage inédit sur la condition des femmes au long du XXe siècle. 

Delphine 

Mars 2016 - Traduit de l'anglais (Canada) par Karine Lalechère - existe aussi en format numérique.

 

Un bon garçon, Paul Mc Veigh, Editions Philippe Rey

unbongarcon mcveighDans ce roman, Mickey, 12 ans, nous fait vivre les quelques semaines de vacances estivales qui séparent son dernier jour à l'école primaire de son entrée au collège. Nous décrit son monde, dur, avec son regard d'enfant, doux, mais pas si insouciant que cela. Car nous sommes en 1980, dans un quartier populaire de Belfast, en plein conflit entre catholiques et protestants en Irlande du Nord. Et Mickey va découvrir au long de cet été tumultueux que la vie n'est pas si facile, et qu'il est parfois nécessaire de se battre et de franchir certains limites pour aller de l'avant. Entre un père alcoolique et violent, une mère devenue rêche à force d'épuisement, un frère aîné qui semble de plus en plus proche de l'IRA, une grande soeur qui s'éloigne peu à peu du foyer et une petite soeur avec qui il va être obligé de prendre un peu de distance, Mickey se débat entre son envie de grandir d'une part, sa peur d'être différent de l'autre. Car différent, il l'est, et les redoutables bandes de jeunes du quartier auxquels il ne parvient pas à se mêler le lui font bien sentir : sensible, doux, gentil, on le traite de "petit pédé", de fille.

Avec une écriture juste et sensible, Paul Mc Veigh nous décrit son pays et nous plonge dans l'ambiance de ce quartier populaire de Belfast, avec ses émeutes, ses habitants endurcis, où la peur de mourir et l'envie furieuse de vivre se côtoient. Car sous la noirceur du quotidien, on sent l'espoir d'un monde meilleur. Il a surtout créé un personnage très attachant, qui nous touche et nous parle. Un roman décidément plein de vie.

Delphine

Mars 2016 - Traduit de l'anglais (Irlande) par Florence Lévy- Paoloni - existe aussi en format numérique.

 

Un dernier verre au bar sans nom, Don Carpenter, Cambourakis

un dernier verreD'abord on rencontre Charlie, jeune écrivain mais déjà vétéran de la guerre de Corée, et sa jeune compagne Jaime, qui elle aussi se laisse aller à l'écriture. Ensuite, on fait la connaissance d'un ancien détenu qui fascine en même temps qu'il effraye le milieu littéraire.

Carpenter, dans ce roman magistral, dépeint ainsi progressivement une galerie de personnages terriblement attachants bien que souvent dépravés, alcooliques et auteurs. Des hommes et des femmes en manque de repères, qui se cherchent, qui construisent et déconstruisent leurs vies dans une Amérique qui semble proposer une seule voie pour sortir gagnant.

Nous sommes dans les années 70, sur la côte Est des États-Unis, et on navigue dans un cercle d'écrivains influencé par la beat génération, proche du poète Brautigan, proche du milieu hollywoodien friand de scénaristes capables de rendre banquable un film. Dans ce livre probablement en partie autobiographique, l'auteur nous permet d'approcher les joies et les tourments des écrivains et le pouvoir ou l'emprise que les mots lus et/ou écrits peuvent avoir sur eux. C'est un livre empli de nostalgie, d'amour, d'humanité.

Catherine

Mars 2016 - Traduit de l'anglais (États-Unis) par Céline Leroy.

 

Manhattan people, Christopher Bollen, Calmann-Lévy

manhattanpeople bollenJoseph est acteur, surtout dans des pubs pour du dentifrice. Del (Delphine) est biologiste, spécialiste des reptiles et travaille au zoo en attendant d'obtenir sa Green Card. William est le meilleur ami de Joseph, acteur lui aussi, mais moins talentueux et donc jaloux de celui-ci. Madi est la meilleure amie de Del et aussi la soeur d'un de ses ex. Tout ce petit monde évolue tant bien que mal dans le milieu assoiffé, arty et défoncé de New-York, et la rencontre entre Madi et William va entraîner le lecteur dans une toile poisseuse dont il ressortira chancelant et k.o. Brillant!

Catherine D.

Janvier 2016 - Traduit de l'anglais (États-Unis) par Nathalie Peronny - existe aussi en format numérique.

 

Personne ne disparaît, Catherine Lacey, Actes Sud

personnenedisparait laceyElyria, jeune New-Yorkaise, scénariste de soap-opéras, est une personne extraordinaire : lucide, drôle, courageuse, un peu décalée aussi et surtout au bord du burn-out émotionnel : le suicide de sa soeur, un mari brillant mais castrateur, une mère alcoolique, c'est vraiment beaucoup... Elle avance et même, elle fuit jusqu'en Nouvelle-Zélande, comme ça, sans prévenir quiconque. Elle ne veut divorcer de personne, seulement de sa propre histoire, mais est-ce possible? ça n'arrête pas de tourner dans la tête d'Elyria et c'est un vrai coup de coeur, coup de poing de partager ses pensées et ses rencontres. 

Un magnifique roman, sur le fil entre folie et normalité, juste un gros manque d'amour...

Véronique G.

Février 2016 - Traduit de l'anglais (États-Unis) par Myriam Anderson - Existe aussi en format numérique.

 

 

Pristina, Toine Heijmans, Bourgois

heijmanspristinaQuand les livres résonnent fort avec l'actualité, notre envie de vous en parler redouble : c'est le cas de ce roman qui brille par ailleurs par sa grande qualité d'écriture et de construction.

L'auteur relate la rencontre entre Albert Drilling et Irin Past. Le premier a pour mission de renvoyer chez eux les étrangers en séjour illégal en toute diplomatie, en particulier quand il s'agit d'une personne qui pourrait mettre en danger la carrière de son ministre. Rigoureux et législatif, il a l'habitude de maîtriser chaque détail dans son travail et dans sa vie. Mais ici, parfois, tout dérape...

Irin Past, elle, s'appelle peut-être Irin Past...mais peut-être pas. Néerlandaise jusqu'au bout des ongles, elle ignore tout de son passé et du pays qu'elle a quitté à l'âge de cinq ans. Elle vit et travaille sur une île où elle est devenue la protégée de trois hommes qui l'aiment chacun à leur manière. Une île farouchement attachée à son indépendance vis-à-vis de la métropole, aussi !

Plein d'humour malgré la gravité de son sujet, avec une tonalité tantôt absurde, tantôt émouvante, ce roman traite son sujet avec une grande intelligence et raconte aussi une belle histoire. L'auteur, comme il l'indique en commentaire, a joliment documenté son sujet sans que jamais cela n'alourdisse le propos.

A découvrir avec délectation.

Natacha

Janvier 2016 - Traduit du néerlandais par Danielle Losman.

Nous avions aimé En mer, du même Toine Heijmans.

 

Terres rares, Sandro Veronesi, Grasset

terresrares veronesiQuel diable, ce Veronesi ! Après le choc de Chaos calme, était-il possible d'imaginer une suite au destin si particulier de Pietro Paladini ? Mais oui, et c'est une vraie réussite, un bonheur total : une journée catastrophique, une fille unique qui fugue chez sa tante, d'énormes ennuis au boulot et pourtant... la vie éclate, et l'Italie aussi !

Véronique G.

Janvier 2016 - Traduit de l'italien par Dominique Vittoz - Existe aussi en format numérique

 

Le chant de la Tamassee, Ron Rash, Seuil

rashtamasseeRuth Kowalsky, 12 ans, a bien l'intention de fausser compagnie à sa famille en pic-nic  pour aller à la rivière toute proche. Elle sait que la frontière entre la Caroline du Sud et la Géorgie se situe au milieu de la Tamassee, elle pourrait mettre un pied de chaque côté... Elle n'a pas pensé à la profondeur, au froid, au courant qui, finalement, l'emporte.

Les jours passent et la rivière ne rend pas le corps de Ruth. Ses parents mobilisent leurs puissants moyens pour tenter d'imposer un dynamitage pourtant interdit par le statut du site. S'installe alors un débat public entre leur conception et celle des écologistes mais aussi des amoureux de cette splendeur sauvage. Pour eux, Ruth repose dans un endroit sacré  et il ne faut ni la déranger ni déranger son sanctuaire...

Avec ce roman, Ron Rash nous offre une magnifique réflexion sur notre condition humaine, notre rapport à la nature et surtout sur nos responsabilités, des plus intimes aux plus citoyennes.

Puissant et passionnant.

Véronique G.

 

Les portes de fer, Jens Christian Grondhal, Gallimard

lesportesdefer grondhalSi proche et si lointain... La vie d'un homme à travers trois moments importants de sa vie : la fin de l'adolescence et le décès de sa mère ; l'âge mûr, le divorce et le travail de prof, si prenant ; enfin la soixantaine, la retraite, la douce liberté retrouvée. Il vibre de passions, politiques et amoureuses, il est discret et attachant mais aussi singulier et profond. Si proche et si lointain... Un ami, somme toute...

Véronique G.

Janvier 2016 - Traduit du danois par Alain Gnaedig.

 

Le chagrin des vivants, Anna Hope, Gallimard

hopechagrindesvivantsNous sommes à Londres en 1920. Deux années ont passé depuis la fin de la terrible guerre où tant de choses ont changé pour tous : les hommes revenus vivants qui, profondément marqués, peinent à retrouver du travail, un amour simple et une place dans ce monde. Et les femmes, qui tentent de les comprendre, tout en pansant leurs propres blessures - celles de la perte, souvent.

Dans cette époque où tous les équilibres semblent rompus, nous suivons trois magnifiques personnages.

Hettie a 19 ans et, tous les soirs, elle travaille pour gagner de l'argent pour elle, pour sa terrible mère et pour son frère rendu amorphe par la guerre. Son travail est particulier:  pour six pence, elle accompagne dans un salon de danse les hommes qui n'ont pas de partenaire. Avec son amie Di, elle sort aussi danser pour le plaisir et fait l'étrange rencontre d'Ed dans une soirée où la musique l'enivre.

Evelyn, elle, a perdu son fiancé pendant les combats. Elle voit chaque jour défiler devant son bureau les anciens soldats qui revendiquent une meilleure pension, et pour qui elle remplit des formulaires en trois exemplaires.

Ada a perdu son tout jeune et unique fils. Elle voudrait comprendre, n'a reçu que des informations lacunaires sur les circonstances de sa mort au front. Entre elle et son mari, Jack, ce deuil impossible creuse un fossé qui s'agrandit...

Ces trois femmes attachantes, nous les suivons ainsi que leurs frères, maris, collègues, amies, pendant les cinq journées qui précèdent le 11 novembre 1920, jour où une immense cérémonie est organisée en mémoire du soldat inconnu britannique.

Tout est si juste, émouvant, équilibré dans ce roman : la construction, la pudeur, le poids de l'Histoire sur les liens d'amour, d'amitié, de famille. C'est un roman des nœuds qui se délient, des paroles qui libèrent. C'est bien plus encore et nous vous invitons chaleureusement à le découvrir !

Un grand coup de cœur, vraiment.

Natacha

Janvier 2016

 

 

La femme qui avait perdu son âme, Bob Shacochis, Gallmeister

shacochisfemmeperduameCertains livres vous prennent les tripes et vous transforment : sans bien que vous sachiez comment, ils vous ont repétri comme de la glaise. Celui-ci en fait partie.

Le roman de Bob Shacochis est une immense fresque qui contient plusieurs romans dans un seul, sans pour autant perdre son fil conducteur, au point qu’on peut dire que sa construction relève du génie.

L’auteur nous fait voyager de l’île d’Haïti dans les années 90 à la Croatie de la fin de la seconde guerre, puis à la Turquie en 1986 et à nouveau aux années 90 sur le continent américain, et il truffe son histoire de détails et d’évocations sur le contexte géopolitique entre ces différents époques et lieux. Il nous laisse entendre que les trajectoires humaines prises dans les brutalités des guerres peuvent avoir des répercussions sans fin sur d’autres pays, d’autres guerres, d’autres générations.

Avec une écriture magnifique et qui laisse le lecteur sans repos, il nous présente aussi des personnages bouleversants, anges et démons à la fois, rendus fous par la guerre et la brutalité des hommes, tout en rendant bien, parfois, cette brutalité.

Dottie Chambers, adolescente puis jeune femme qui constitue un des fils conducteurs de cette aventure littéraire hors du commun, étincelle littéralement par sa force étonnante : autonome et intrépide dans les rues d’Istanbul, gardant son sang-froid dans un naufrage, inconsciente de la cruauté que la vie lui impose, elle ne sort néanmoins pas indemne de l’histoire d’amour et d’abus qui la lie à son père, lui-même à la fois brisé par la guerre et rendu fou par la soif de vengeance.

C’est un portrait bien noir des dessous de la géopolitique que nous fait aussi Shacochis : des hommes assoiffés tantôt d’argent tantôt de vengeance tirent des ficelles invisibles, face auxquelles les tentatives de lutte pour les droits humains paraissent bien dérisoires et impuissantes.

On pourrait encore dire bien des choses de ce roman : découvrez-le par vous-mêmes, plongez-vous dans cette aventure au long cours qui exige une lecture vigilante et concentrée mais qui tient mille fois ses promesses. Waw.

Natacha

Janvier 2016

 

La route étroite vers le nord lointain, Richard Flanagan, Actes Sud

larouteetroiteverslenord flanaganA travers le destin de Dorrigo Evans, jeune officier médecin australien et non moins héros  de guerre pendant la Seconde Guerre mondiale, Richard Flanagan nous fait découvrir un pan étonnamment méconnu de ce conflit : celui de la "Voix ferrée de la mort", cette ligne de chemin de fer construite de force par les prisonniers de guerre des Japonais dans la jungle asiatique.

L'ancien héros de guerre se souvient de cet épisode particulièrement sombre et violent de son existence, où à chaque instant, il a dû se battre avec les hommes de son bataillon pour garder un semblant de condition humaine, pour survivre surtout. Il comprend à quel point l'entraide, la solidarité, mais aussi les liens avec les personnes chères laissées au pays ont permis à certains d'entre eux de garder l'énergie de vivre dans cet enfer. Car Dorrigo a été porté par un amour vibrant pour Amy, l'épouse de son oncle avec laquelle il a vécu une passion intense juste avant de partir au front, et cet amour impossible traversera non seulement ces années dans les camps de travail japonais, mais le hantera toute son existence, jusqu'à sa mort, cinquante ans plus tard.

De son écriture âpre et très belle, Richard Flanagan nous plonge dans l'esprit de Dorrigo Evans, dans ses pensées tourmentées, dans ses souvenirs parfois confus, où amour et mort se mêlent obscurément et qui l'auront marqué tout au long de sa vie. Car c'est bien la question de l'oubli et de la mémoire qui est au coeur de ce livre.

Richard Flanagan s'intéresse aussi aux bourreaux de ces camps : simples officiers ou haut dignitaires japonais, gardes coréens, et tente de comprendre comment ils ont suivi les ordres de l'empereur, portés par un sens du devoir et du sacrifice aveugles, et ont balayé tout sentiment humain. Il nous les décrit pendant la guerre, mais aussi après le conflit, dans un Japon dévasté, puis en progressive reconstruction, dont nous connaissons peu l'histoire depuis notre Occident.

Un roman puissant et bouleversant, parfois dérangeant par sa violence, qui ne laisse pas indifférent. 

Cet ouvrage a été récompensé par le Man Booker Prize en 2014.

Delphine

Janvier 2016

 

 

Les yeux fardés, Lluis Llach, Actes Sud

les yeux fardes"La petite histoire des personnages de ce livre passe par la grande histoire des faits qui ont ébranlé les fondations de la société catalane et même au-delà".

Ils sont quatre enfants, ballottés par la vie, deux garçons, Germinal et David et deux filles, Mireia et Joana. C'est Germinal, alors âgé de 80 ans passé, qui nous conte ce récit. Dans la Barceloneta des années 20, la "bande des quatre", amis inséparables, jouit d'un bonheur sans nuages. Issus de milieux modestes, ils grandissent dans un monde coloré, solidaire. Leurs jeux et leurs secrets se partagent à l'ombre de la "Sarita", une felouque, le plus beau des gréements de la plage. Les hommes, pour la plupart, travaillent au port. Les femmes arrondissent les fins de mois de la famille avec divers travaux, couture, vente de poissons, et même pour les plus téméraires, livraison de marchandises en contrebande. C'est à cette époque que les garçons fréquentent "L'Ecole de la mer", une école progressiste dont la devise est "apprendre à penser, à ressentir, à aimer", un lieu qui façonnera leur esprit à tout jamais. A l'adolescence, à l'époque où l'enfant se mue en homme, ils reçoivent une autre éducation au café "La Dorita" avec les "doritas". C'est aussi le temps où Germinal découvre son homosexualité et son amour pour David, "l'Ami Aimé". Pour parfaire leur instruction, ou lorsqu'une question difficile se présente,  les quatre se rendent au "Crépuscule du capitalisme", une librairie résistante, tenue par un vieux sage, Ramon Romanguer.

Mais dès les années 30, l'histoire, la grande, celle qui va détruire ce monde chatoyant, cette harmonie, gronde en Espagne et en Europe. En 1933, la droite espagnole renverse la République. En 1936, les républicains gagnent les élections, mais c'est sans compter sur la montée des idées fascistes. La même année, le Coup d'Etat mène au pouvoir les généraux, dont Franco, avec l'appui de l'église catholique. Ainsi débute la guerre civile. Josep, le père de Germinal, homme progressiste, féministe, poète à ses heures, est un syndicaliste actif du mouvement ouvrier anarchiste. Comme ses frères de combat, sa lutte pour la liberté et la révolution est l'engagement de toute une vie. La misère à laquelle sont réduites les familles, la lutte révolutionnaire de leurs parents ouvriers et les répressions brutales signent, pour la petite bande, la fin de l'innocence. Les événements de la deuxième guerre mondiale s'enchaînent inexorablement, Hitler envahit la Pologne..." c'est "l'échec de cette Europe "démocratique" qui, à peine quelques mois plus tôt, nous avait laissé crever à petit feu sous la botte qui se levait pour l'écraser à son tour..."

Lluis Llach est un chanteur catalan qui a mené sa lutte politique à travers la chanson. Exilé à Paris, sous Franco, il revient à Barcelone à la mort de ce dernier. Il est l'auteur de 'L'Estaca", l'hymne de toutes les revendications catalanes durant la dictature.

Il signe avec Les yeux fardés un magnifique roman qui allie poésie, tendresse envers ses personnages et hommage à l'esprit de résistance, écrit dans une très belle écriture.

Véronique B.

Octobre 2015

 

L'imposteur, Javier Cercas, Actes Sud

limposteurL'imposteur, c'est un formidable roman sans fiction, une enquête à la fois personnelle, politique et littéraire menée de main de maître par Javier Cercas.

En 2005, Enric Marco devient pour bon nombre d'Espagnols un personnage infréquentable. Celui-ci s'est en effet fait passer pendant des dizaines d'années pour un ancien déporté des camps nazis. Il a donné des centaines de conférences sur le sujet, notamment dans les écoles. Il a présidé une amicale d'anciens déportés. Il s'est battu pour la mémoire mais en 2005, un historien dévoile le pot aux roses et révèle que Marco n'a jamais été déporté. Ce dernier avouera d'ailleurs sa faute. Depuis ce moment, Javier Cercas est obnubilé par la figure de Marco qui a également prétendu s'être engagé dans diverses luttes politiques de gauche. Quel est le vrai du faux dans le vie de cet homme ? Pourquoi a-t-il menti tel Don Quichotte qui s'inventait des aventures incroyables ? Et l'écrivain, jusqu'à quel point est-il lui aussi un imposteur quand il raconte des histoires ? Et si finalement nous n'avions pas tous besoin pour survivre de nous inventer un destin, d'écrire le récit de sa vie ?

Avec L'imposteur, Cercas nous entraîne dans une passionnante réflexion sur la littérature et l'homme mais il nous amène aussi à (re)découvrir l'histoire politique de l'Espagne. Voici un livre plein d'interrogations terriblement stimulant.

Catherine

Paru en août 2015, traduit de l'espagnol par Elisabeth Beyer et Aleksandar Grujicic - existe aussi en format numérique.

 

L'amie prodigieuse, Elena Ferrante, Gallimard

ferranteamieprodigieuseUn roman attachant, très humain, dans l'Italie des années 50-60, à travers le regard d'Elena, petite fille puis adolescente, qui, poussée par sa famille, parviendra à faire des études. Elle raconte ce quartier populaire de Naples, où elle est née, et son amitié profonde avec Lila, l'enfant rebelle et surdouée. Un quartier toujours en ébullition, où la violence est courante, où les rancunes sont tenaces.

Elena Ferrante étudie finement l'évolution des deux gamines, Elena et Lila, en proie aux doutes, comme toutes les adolescentes, face à elles-mêmes et à tout ce qui les entoure. Ambiance, charme, tendresse.

Véronique B.

Rentrée littéraire - octobre 2014 - traduit de l'italien par Elsa Damien - disponible aussi en format numérique

 

J'ai vu un homme, Owen Sheers, Rivages

jaivuunhomme sheersMichaël, un après-midi de canicule, voit la porte de ses chers voisins anormalement ouverte, ils ne sont normalement pas là. Il entre et vérifie les lieux, avec une angoisse croissante. Que va-t-il découvrir sur lui, sur ses amis dans cette maison silencieuse, apparemment figée sous le soleil implacable du dehors ?

Et qui se sentira responsable du drame qui va se jouer ?

Tant de questions surgissent après la lecture de ce magnifique roman, et tellement intéressantes... Quand sommes nous bons ou mauvais? Comment réagir quand dans le quotidien survient un élément qui nous bouleverse?

Et pour ne rien gâcher, l'ambiance de Londres est terriblement bien rendue, on s'y croirait.

Véronique G.

Octobre 2015 - également disponible en anglais en format numérique.

 

L'intérêt de l'enfant, Ian McEwan, Gallimard

linteretdelenfant mcewanUn roman étourdissant qui suit au plus près les pensées de Fiona Maye, juge respectée aux affaires familiales. L'intérêt de l'enfant est une notion qu'elle maîtrise parfaitement, délicatement, sereinement,

Face au cas d'Adam, dont la leucémie nécessite une transfusion interdite par la religion de ses parents, témoins de Jéhovah, elle va, bien sûr, faire son métier au mieux mais est-ce que ce sera suffisant, dans l'intérêt de l'enfant ?

Véronique G.

Octobre 2015 - également disponible en format numérique.

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 Suivant > Fin >>

Page 4 sur 6